L’Italie à Paris avec Marta Bevacqua, photographe et réalisatrice

J’ai découvert le travail de Marta Bevacqua grâce à Benjamin Biolay qui l’a choisie pour réaliser son dernier clip, “Comment est ta peine?”. Séduite par les images, j’ai cherché à en savoir plus sur cette artiste italienne installée à Paris. Tantôt photographe de mode, tantôt réalisatrice vidéo, Marta Bevacqua semble être un esprit libre. J’ai aimé sa spontanéité, son regard, son amour pour son pays mais aussi pour Paris. Rencontre pour un nouvel épisode de l’Italie à Paris.

Bonjour Marta! Peux-tu te présenter et nous raconter ton parcours? 

Je suis une photographe italienne, originaire de Rome. J’ai commencé à photographier par accident, vers l’âge de 17 ans. J’avais l’habitude de parcourir des sites de photos pour le simple plaisir d’admirer de belles images, et j’ai sauté le pas de manière très spontanée, je me suis dit “pourquoi pas essayer?”. J’ai pris un appareil photo compact à moitié cassé et je ne me suis plus jamais arrêtée. Je suis autodidacte, au début, j’ai photographié des fleurs et des arbres, jusqu’à faire mes premiers portraits, de mes sœurs et moi. Peu à peu, j’ai essayé d’expérimenter de plus en plus, jusqu’à ce qu’un intérêt pour la photographie de mode naisse. J’ai suivi une formation brève au Central Saint Martins College of Art de Londres, en photographie de mode. Cela n’a duré qu’une semaine mais ça a été très intensif et très utile. Ça m’a convaincu que c’était le chemin que je voulais suivre et je suis ensuite allée travailler plusieurs fois à Milan, la ville de la mode en Italie (malheureusement, niveau mode, il y a très peu de choses à Rome) jusqu’à mon arrivée à Paris. Mon style s’est défini petit-à-petit et maintenant je travaille avec une agence et je fais aussi des vidéos.

Je suis autodidacte. Un jour, j’ai pris un appareil photo compact à moitié cassé et je ne me suis plus jamais arrêtée

Quel est ton lien avec Paris ? Comment es-tu arrivée là-bas ?

Je suis arrivée il ​​y a 6 ans. La raison est assez simple: à Rome, il était difficile de travailler dans la photographie de mode. Je faisais des allers-retours entre Rome et Milan depuis des années et je me suis rendue compte que l’idéal était de m’installer dans une « ville de la mode ». Partir, c’est quitter famille et amis, que vous changiez de ville dans le même pays ou que vous alliez à l’étranger. Alors, j’ai pensé que cela valait la peine d’essayer un autre pays, que cela pourrait être une excellente occasion de vivre de nouvelles expériences. J’ai choisi Paris car j’y étais déjà venue et l’ambiance de la ville me plaisait beaucoup. J’ai toujours aimé Londres aussi, et j’étais indécise entre les deux, mais finalement j’ai suivi mon instinct, et mon instinct m’a amenée en France. Au début, je ne pensais pas rester aussi longtemps, je ne savais pas où mon travail et mon expérience me mèneraient. Mais j’ai trouvé bien plus que ce que je cherchais et je suis toujours là.

 

Tu viens de Rome, tu as passé beaucoup de temps à Milan, quelle est ta région de coeur en Italie? 

Rome est et restera toujours dans mon cœur. J’ai beaucoup voyagé en Italie et j’adore la Sicile et les Pouilles, mais aussi la Toscane et le Trentin. Il est difficile pour moi de choisir une région plus qu’une autre, car j’aime toute l’Italie. C’est sans aucun doute mon pays préféré! Évidemment, Rome a une place spéciale, car elle signifie “la maison”, bien que j’appelle aussi Paris chez moi. J’aime à penser que j’ ai deux maisons de cœur.

J’aime à penser que j’ai deux maisons de cœur, Rome et Paris

Est-ce que l’Italie continue de t’inspirer dans ton travail? De quelle manière ?

D’une certaine manière, oui. Ce n’est pas tant l’Italie elle-même, mais mon être italien peut-être. C’est ma façon d’être, de voir les choses, pas que la culture italienne et française opposées, au contraire … mais il y a quand même des différences. Cette façon d’aborder le travail, et par conséquent le résultat du travail lui-même, je pense en est inconsciemment influencé.

 

Quel lieu d’Italie rêves-tu de shooter ou de mettre en scène dans un clip?

Les collines du centre de la Sicile, en été ou au printemps, c’est extraordinaire. Je n’ai pas encore réalisé ce rêve, mais j’espère le faire un jour.

 

Quel est le moment italien qui manque le plus dans ton quotidien parisien ? 

Mon petit ami est italien et notre groupe d’amis le plus proche aussi. J’ai des amis qui viennent du monde entier, et ça fait partie du plaisir de vivre à l’étranger, mais avec les Italiens, c’est comme si nous avions formé une petite famille. Du coup, je ne ressens pas vraiment le manque de l’Italie, aussi parce qu’en 2 heures de vol, je suis chez moi. Peut-être que ce qui me manque le plus, c’est la nourriture, mais ça va, je survis!

As-tu quelques adresses italiennes à Paris à partager avec nous ? 

Pour un bon espresso 

Chez moi, avec ma machine à café!

 

Pour une pasta 

Le meilleur restaurant de tous les temps: Lolivà!

Lolivà: 74/76 boulevard de Ménilmontant, 75020 Paris

 

Pour une pizza ? As-tu une pizza préférée ?

Ave Pizza Romana, où ma préférée est une base blanche, jambon de Parme, parmesan, roquette et tomates cerises.

Ave Pizza Romana: 90 Rue de la Folie Méricourt, 75011 Paris

 

Pour une glace

Berthillon, mais surtout pour le lieu!

Berthillon: 31 rue saint louis en l’ile, 75004 Paris

 

Pour aller boire un verre ? Que commandes-tu pour l’apéro? 

J’aime le Parigi Caffè. À l’heure de l’apéro, je prends toujours un spritz et un plateau de charcuteries et fromages italiens.

Parigi Caffè: 30 Rue Greneta, 75002 Paris

 

Une cave à vin 

Il y en a beaucoup que j’aime, par exemple Le Verre Volé.

Le Verre Volé: 67 Rue de Lancry, 75010 Paris

 

Pour un moment culturel

Je lis beaucoup et je vais acheter des livres à La Libreria ou à La Tour de Babel.

La Libreria: 89 Rue du Faubourg Poissonnière, 75009 Paris

La Tour de Babel: 10 Rue du Roi de Sicile, 75004 Paris

As-tu de nouveaux projets en cours ? 

Oui, j’ai quelques idées pour des éditoriaux, mais je travaille aussi au développement d’un projet vidéo depuis un moment. Il sera question de nature, d’humain, d’art…

 

Et le projet d’un autre italien à Paris dont tu aimerais que nous parlions ?

Mon copain prépare un concept de bar à salades italiennes, mais pour l’instant, c’est toujours au stade de l’idée. Affaire à suivre!

 

Dans tes placards de cuisine, quels sont les 3 produits italiens essentiels que l’on trouve toujours ?

Huile d’olive (de chez moi ou de chez mon copain), pâtes, café.

 

Pour terminer, as-tu une recette italienne simple et savoureuse que tu aimerais partager avec nos lecteurs ?

Une salade de riz fraîche et légère. Il suffit de faire cuire le riz et ensuite le laisser refroidir. Pendant ce temps, couper en morceaux du melon, des tomates cerises, de la roquette, de la fontina (un fromage italien), des haricots verts et des poivrons crus. Reste à mélanger et servir bien frais!

 

Grazie mille Marta!

 

Suivez le travail de Marta Bevacqua ICI et ICI

Son dernier clip pour Benjamin Biolay est visible ICI

Retrouvez notre série d’articles sur l’Italie à Paris ICI

6
Photo By: Marta Bevacqua

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.