Excellence du décor italien, Tissus raffinés

L’Italie, ce beau pays à la nature merveilleuse, sa dolce vita, son ‘dolce far niente’… mais aussi son savoir-faire avec des entreprises et méthodes de production artisanales appréciées et recherchées dans le monde entier et encore préservées à ce jour. Avec cette série d’articles “Excellence du décor italien”, nous partons à la découverte de la crème de la crème de l’excellence de la production italienne dans le secteur de la décoration. Le premier rendez-vous ? Venise et Florence, 2 villes avec une histoire séculaire dans la production de tissus de luxe.

Luigi Bevilacqua, Venise, depuis 1835

C’est un spectacle hypnotique de regarder le velours fait main sur de vieux métiers à tisser en bois du 17ème siècle. Le battement mesuré des machines de la manufacture Tessitura Luigi Bevilacqua (visitable!) et le scintillement des fils de soie tendus et multicolores vous ramèneront loin dans le temps. À la fin du 19e siècle, la révolution industrielle en Angleterre et les idées des Arts et Métiers ont également éveillé le tissage artisanal italien. Et c’est ainsi que Luigi Bevilacqua et son partenaire décident en 1875 de fonder une nouvelle usine textile à Venise, en choisissant comme lieu l’ancienne école de la soie, abandonnée au début du siècle. Tessitura Bevilacqua repart donc de là où les tissus italiens se sont arrêtés, sauvant les métiers du 18e siècle.

Sources photos : luigi-bevilacqua.com

Jusqu’à présent, ils produisent du velours soprarizzo, le plus complexe car il se compose du velours coupé, qui définit le dessin, et du velours bouclé, qui constitue le velours du bas. Les deux niveaux se distinguent également par la couleur: le velours coupé est plus foncé, le bouclé plus clair. De plus, chaque millimètre du premier niveau est découpé à la main par les tisserands. Les motifs réalisés sur des velours faits à la main et d’autres tissus proviennent de leurs propres archives, qui vont de l’art byzantin à l’art déco, pour un total de 3500 motifs. Pour cette raison, les tissus des collections de Bevilacqua sont commandés par Dolce & Gabbana et Miuccia Prada.

Sources photos :@veneziadinicchia; luigi-bevilacqua.com

Antico Setificio Fiorentino, Florence, depuis 1786

Ne vous limitez pas aux Offices et aux autres institutions culturelles à Florence: certains musées de l’artisanat sont tout aussi importants pour comprendre l’âme et l’histoire de la ville. Comme l’Antico Setificio Fiorentino au cœur de San Frediano qui produit encore des soies et des brocarts faits à la main en utilisant des métiers originaux du 18e siècle. Elle a été fondée en 1786 par de nobles familles florentines (la manufacture a encore ses métiers à tisser pour produire des brocarts de signature nommés Corsini ou Guicciardini). Il préserve les traditions de l’art textile de la Renaissance grâce à sa célèbre machine à déformer basée sur un dessin de Léonard de Vinci.

Sources photos : @veneziadinicchia; anticosetificiofiorentino.com

Dans les années 1950, Antico Setificio Fiorentino a prospéré grâce à l’acquisition par le marquis Emilio Pucci et les autres familles fondatrices de l’actionnariat majoritaire, une reprise qui a permis à l’entreprise de fabriquer des textiles pour meubler les demeures seigneuriales de la noblesse italienne et internationale. Les textiles produits ici ornent la Galerie des Offices à Florence et le Palazzo Madama à Rome. Réservez une visite et ne partez pas sans au moins un petit morceau de passementerie.

Sources photos : @veneziadinicchia

Rubelli, Venise, depuis 1835

L’entreprise historique vénitienne est née d’un tissage de velours et de damas en 1835 et acquiert le nom de Lorenzo Rubelli en 1889. Fournisseur officiel de la maison royale de Savoie, Rubelli a une histoire prestigieuse : il a aménagé les salles de la Biennale, collaboré avec les plus importants des artistes tels que Vittorio Zecchin, Guido Cadorin et Gio Ponti, ayant déjà des salles d’exposition à Rome, Florence, Milan et Trieste au début du 20e siècle. Aujourd’hui, les étoffes de Rubelli ornent la salle des «hommes illustres» du Caffè Florian, les loges du théâtre La Scala, les salles du palais des Doges à Venise et du palais royal de Milan. 

Sources photos : Rubelli.com

Les quatre métiers à tisser du 18e siècle – autrefois opérationnels à Venise – sont toujours à la disposition de l’entreprise pour tisser à la main de précieux velours. Et la production principale de Rubelli et Armani / Casa utilise l’usine de tissage de Cucciago, dans la province de Côme, qui était l’usine de tissage Zanchi du 19e siècle. Le showroom Rubelli de Venise (qui est maintenant situé à Ca ‘Pisani)  à San Marco est un lieu d’intérêt particulier non seulement pour le shopping de tissus, sacs et petits accessoires, mais ce sont également les archives Rubelli avec 6000 documents textiles datant de la fin du 15e à la première moitié du 20e siècle.

Sources photos : Rubelli.com

Retrouvez tous les articles d’Elena ICI

Vous ne voulez rien manquer de nos aventures italiennes ? Inscrivez-vous à notre Newsletter bimensuelle ICI !

8
Photo By: Collages @veneziadinicchia ; Photos cover @veneziadinicchia; luigi-bevilacqua.com
2 Discussions on
“Excellence du décor italien, Tissus raffinés”
  • Merci de nous ouvrir les portes de ces métiers d’art, je suis enchantée par l’histoire de ces maisons ainsi que par les tissus…. avec comme une envie de mettre encore plus de joie de vivre à l’italienne dans ma déco.

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.