Pour ce dernier chapitre de notre série “Le voyage italien de demain”, nous avons interrogé nos amies installées dans les grandes villes italiennes sur une expérience dans leur ville qu’elles recommanderaient pour la vivre autrement, en révéler une nouvelle facette, la visiter à pas plus lents. Découvrez Milan, Venise, Rome, Palerme et Florence comme vous ne les avez sans doute jamais vues!

MILAN

Une échappée à vélo

 

Je vous propose de louer des vélos pour longer les canaux (Navigli) jusqu’à sortir complètement de la ville! Une balade sur ces canaux pour admirer les galeries d’art ou les boutiques vintage fait toujours partie des incontournables, mais décider de pousser l’aventure plus loin et quitter l’effervescence de Milan ajoute une autre dimension. La balade est merveilleuse, revigorante et vous finirez par tomber nez-à-nez avec la Certosa di Pavia (la Chartreuse de Pavie), un monastère dont la visite, effectuée par les moines qui y vivent à l’année, est à couper le souffle! Sa structure gothique est inspirée du Dôme de Milan. Vous pourrez aussi faire quelques emplettes sur place de confitures ou autres gourmandises italiennes fabriquées par leurs soins.

Si je peux vous donner un autre conseil pour la jouer “slow” dès le début de votre voyage, choisissez le train pour arriver à Milan. Son principal aéroport (Malpensa) est plutôt excentré, à 45 minutes de la ville, alors qu’avec le train, vous arriverez en plein centre. Économique, écologique et tellement pratique! Il n’y a au final qu’1h30 de différence sur le temps de voyage depuis Paris, on y est beaucoup mieux installé et les paysages sont magnifiques tout au long du trajet.

 

Jessica Lia, Directrice de création, Réalisatrice et Photographe  http://jessicalia.com/

PALERME

Prendre le large

 

Palerme est une ville turbulente et je vous propose de faire un pas de côté, de vous octroyer une respiration en prenant le large pour quelques heures ou plusieurs jours. Laissez rugir le guépard, quittez les marchés bigarrés agités et dirigez-vous vers la place de la Marine située, comme son nom le laisse imaginer, près de la mer. Chaque dimanche, un marché d’antiquités très qualitatif y prend place et je vous recommande cette flânerie avant de mettre les voiles. Direction le charmant port de la Cala, à quelques mètres de la place. Embarquez alors pour une visite d’une journée à bord d’un voilier vers les réserves naturelles de l’Isola delle femmine et de Sferracavallo. 

La navigation est une méditation, on déconnecte tout de suite car très rapidement la clameur de la ville s’éloigne pour laisser place aux simples bruissements de l’eau. Le temps s’étire, on savoure chaque moment avec une conscience différente. Lorsque la météo est clémente, un bain de mer est toujours une bonne idée pour goûter encore plus de cette beauté environnante. L’idéal est de fuguer deux jours hors de la ville pour arriver en fin de journée à la tonnara de Scopello, caboter dans cette ravissante anse et ainsi profiter de la beauté de ce site le matin avant de poursuivre l’aventure jusqu’à la réserve naturelle protégée du Zingaro. 

 

Amélie Panigai, Fondatrice de Pinnanobilisail https://pinnanobilisail.com

ROME

Sur les traces de l’artisanat

 

Rome est reconnue dans le monde entier pour son architecture, son art et son patrimoine culturel, mais comme c’est le cas dans les grandes villes du monde entier, la capitale italienne perd de plus en plus ses traditions en termes d’artisanat. Lors d’un voyage à Rome, je vous propose de contribuer à valoriser les artisans qui maintiennent avec courage et passion l’excellence italienne, qu’ils soient créateurs de mode, restaurateurs d’art, sculpteurs ou autre. Je recommande certaines rues à ceux qui veulent découvrir l’artisanat: derrière Campo de ‘Fiori dans le Via di Monserrato et Via del Pellegrino, Via Margutta près de Piazza di Spagna et Via del Boschetto dans le quartier Monti. 3 artisans romains que j’aime beaucoup:

Merlini Storti /

Depuis plus de 30 ans, Merlini Storti restaure des œuvres classiques et contemporaines, y compris des peintures d’artistes tels que Caravaggio, Raphael et Tintoretto. Le studio s’engage à soutenir le patrimoine artistique italien, non seulement par sa conservation, mais par l’éducation: les visiteurs sont les bienvenus dans leur espace de travail pour apprendre ce qu’il faut pour sauver un art inestimable.

Antica Manifattura Cappelli /

L’Antica Manifattura Cappelli est le plus ancien atelier de chapeaux de Rome et remonte à 1936. Les chapeaux de Patrizia Fabri sont faits à la main avec des méthodes de tissage consolidées. L’atelier dispose de plus de 2000 moules en bois et crée des coiffes de toutes formes et tailles pour les hommes comme pour les femmes: du chapeau cloche en feutre, des berretti au bowling et aux fedora, impossible de sortir de cette boutique la tête non couverte!

Polvere di Tempo /

Nichée parmi les rues animées du Trastevere, Polvere di Tempo, une boutique magique remplie de globes lumineux, de boussoles dorées et d’astrolabes richement ciselés. Adrian Rodriguez, qui après avoir vu son premier cadran solaire dans un musée de Milan a été tellement époustouflé par l’instrument qu’il a commencé à fabriquer des horloges et des montres de la vieille école, en fabriquant à la main la plupart de ses objets.

 

Livia Hengel, créatrice de The Italy Edit  https://www.theitalyedit.com/

VENISE

Au lido, comme les vénitiens!

 

Le fait que Venise dispose d’une plage est généralement ignoré des visiteurs, car les sites importants sont si nombreux que vous n’avez tout simplement plus le temps de vous baigner après votre programme. Mais c’est tellement calme et régénérant que je conseillerais une journée au Lido à tous ceux qui viennent en ville. Surtout en juin, quand la plage n’est pas encore totalement occupée par les autochtones. J’y vais tout l’été, et le Lido est en quelque sorte mon “miracle morning”. Je prends le bateau à 8h du matin, je commande un croissant et un café dans un bar de plage (“Des Bains” propose les prix d’un bar de ville ordinaire), puis je me promène longuement le long de la mer. À San Nicoletto, vous êtes plongé dans la nature parmi les dunes et j’adore placer ma serviette au milieu des petites fleurs. En août, j’y grignote des mûres sauvages directement depuis la plante.

Quand c’est l’automne ou le printemps, je prends un vélo pour aller du Murazzi jusqu’au bout de l’île. Je dîner au borgo historique de Malamocco ou à l’agritourisme Le Garzette. En hiver, je viens m’occuper du vignoble qui appartient à Laguna nel Bicchiere, une organisation à but non lucratif de Vénitiens qui font du vin biologique et s’amusent à prendre soin des jardins cachés (vous pouvez les soutenir en devenant membre pour la modique somme de 20 euros par an). Il me reste encore des choses à découvrir au Lido de Venise, mais je prends mon temps. L’été prochain, j’ai prévu de visiter deux bars de style Art Déco des années 30: l’un à l’aéroport de San Niccolo, et l’autre au club de golf.

 

Elena Diachenko, Rédactrice pour Elle Ukraine, Harper’s Bazaar et Ali di Firenze @veneziadinicchia

FLORENCE

La campagne dans la ville

 

Si il y a bien quelque chose qui m’émeut à Florence, ce sont les perspectives de nature où que l’on soit en ville. Levez les yeux, ouvrez-les très grands et admirez cette promesse du Chianti qui n’attend que vous. Durant un weekend à Florence, il est tout à fait possible de faire cohabiter visites culturelles et flâneries dans la campagne. Une balade à pied est nécessaire pour aller voir cette nature de plus près ! Si on parle souvent des collines incroyables de Fiesole et de ses villas, elle n’en reste pas moins une colline assez éloignée du centre et difficilement accessible à pied à moins de lui consacrer l’intégralité d’une journée. Tournez les talons, refermez votre guide de voyage et partez vers les quartiers sud de Florence ! 

Plusieurs options sont possibles. Si vous visitez le quartier de San Niccolo et plutôt que de vous agglutiner sur les marches du Piazzale Michelangelo, tournez à droite après la porte massive de San Niccolo et crapahutez jusqu’à l’entrée du Belvedere. De là, une route enchantée s’offre à vous comme un trésor, c’est la via San Leonardo. Murs de pierres qui serpentent, entrées de villas où les jardins degringolent jusqu’au niveau de la ville, teintes orangées, rouges et jaunes accompagnées de volets verts typiques, c’est un concentré de calme et de charme florentin. Arrivé.e au feu, tournez à gauche pour reprendre le Viale Michelangiolo et visitez l’église de San Miniato al Monte avant d’aller admirer le coucher du soleil au Piazzale. Depuis Porta Romana ou le quartier de San Frediano, grimpez vers la colline de Bellosguardo et de Marignolle.  En moins de dix minutes, vous êtes face à des hectares d’olivier et des cyprès bordant les entrées de luxueuses villas. Passez une tête quand les portails s’ouvrent ou se referment, bien souvent des statues jouent à cache cache dans les parcs. Favolosa Firenze !

 

Alice, fondatrice de Ali di Firenze

Voilà, notre série d’articles sur “Le voyage italien de demain” est terminée. Merci beaucoup pour votre engouement sur le sujet, nous continuerons à alimenter cette thématique dès que l’occasion se présentera. Si vous avez envie de voir y figurer une de vos expériences de tourisme lent, responsable, éthique ou durable en Italie, n’hésitez pas à nous écrire à [email protected] 

Pour relire les 7 articles de cette série, c’est par ICI

 

A presto, 

Emilie

 

Vous ne voulez rien manquer de nos aventures italiennes ? Inscrivez-vous à notre Newsletter bimensuelle ICI !

6
Photo By: Jessica Lia, Amélie Panigai, Elena Diachenko, Livia Hengel et Alex Dani pour Ali di Firenze

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.