Art de vivre italien

Journal de la beauté, les fragments de Laetitia de Galzain

Je rêvais de cette nouvelle série d’articles depuis un siècle ! Approfondir le concept de beauté à l’italienne, cette beauté qui irradie tout ici en Italie, du plat, à la forme d’un balcon posé sur la mer, en passant par le motif d’une étoffe précieuse ou encore le paysage formé par l’homme et la nature. Une bellezza qui émeut, qui transporte, qui transforme.

Le voilà. Notre journal de beauté est composé d’éclats, de fragments, de souvenirs, d’odeurs et de rêves italiens. Nous avons demandé à nos invités (vous allez le voir, de nouveaux visages pour enrichir notre contenu !) de choisir 10 thèmes parmi les 15 que nous leur avons proposé. Un libre arbitre pour répondre le plus naturellement possible et écouter son coeur battre plus fort à la lecture d’un thème.

Formée à la Sorbonne et l’école du Louvre en histoire de l’art, c’est Laetitia de Galzain qui ouvre le bal. Installée depuis 2 ans à Rome, elle aime créer des ponts entre le patrimoine et l’art contemporain de 2 pays qui lui sont chers, la France et l’Italie. Son quotidien ? Chercher à mettre à l’honneur l’art et la beauté en organisant des expositions d’artistes Français émergents et exposer leurs œuvres lors d’une série exclusive aux «notes» italiennes. 

Voici le journal de la beauté de Laetitia !

Une fenêtre ouverte
Un paysage italien que vous contempleriez pendant des heures

La magnifique vue panoramique sur le centre de Rome depuis le Jardin des Orangers sur la colline de l’Aventin. Un belvédère suspendu face à l’autre plus belle colline de Rome, le Palatin, où se trouvaient les résidences des empereurs et riches romains à l’Antiquité.
Une allée d’orangers mène à la terrasse avec au loin, à la nuit tombée, la coupole de Saint Pierre illuminée. Les romains y trouvent un peu de fraîcheur les chaudes soirées d’été et la vue impose un silence presque religieux.

 

La possibilité d’une île
Une île italienne dont la beauté vous enchante

Ponza, refuge de nombreux romains, île encore préservée et sauvage. À seulement 1 heure de train et 1h de ferry de Rome, plongée immédiate dans un éden aux eaux cristallines. Journées entières à nager dans les multiples criques et le soir, dégustation de merveilleux poissons grillés. J’adore son petit port de pêche aux maisons colorées. Je dois y retourner pour découvrir la Villa Laetitia, l’hôtel d’Anna Fendi.

Une allée d’orangers mène à la terrasse avec au loin, à la nuit tombée, la coupole de Saint Pierre illuminée

Un héritage
Un.e artisan.e ou un.e artiste, une technique à transmettre

Ce qui me touche en Italie, c’est que chaque artisanat est valorisé. Être artisan ici est un métier noble et l’a toujours été. Les premiers romains rencontrés dans mon quartier ont été les artisans voisins, Marco et sa femme qui travaillent la dorure et l’ébénisterie. Aux beaux jours, Ils installent leurs tréteaux sur la place devant leur atelier et on peut discuter facilement. Je leur ai acheté un miroir vénitien du XVIIe siècle qu’ils ont restauré sous mes yeux. Son cadre conjugue à la fois une ornementation à la feuille d’or avec les têtes d’un homme et d’une femme de chaque côté et un décor peint imitant un marbre rouge en trompe l’œil. La pratique du décor à marbre feint est employée depuis l’antiquité. L’art et le patrimoine sont à tous les coins de rue !

Matière à penser
Un.e auteur.e, un.e philosophe, un.e cinéaste qui vous donne à réfléchir

Les films de Sorrentino dépeignent à merveille l’italianité pure, entre mélancolie et burlesque. Des personnages hauts en couleur et une esthétique forte, comme des tableaux de maîtres. C’est un génie visuel ! C’est Rome dans toute sa splendeur dans La Grande Bellezza. Des plus belles terrasses surplombant Rome aux somptueux palais. Une ode à l’héritage artistique romain !

Après s’être échappé d’une soirée ennuyeuse, le protagoniste joué par Toni Servillo nous entraîne dans une visite silencieuse du Palazzo Spada aux jardins du Prieuré de Malte, du Palazzo Braschi au Palazzo Medici. La statue colossale de l’affiche est le Marforio, statue en marbre de la Rome antique, datant du Iᵉʳ siècle, représentant le dieu Neptune et conservée aux musées du Capitole. C’est l’une des six statues auxquelles, pendant des siècles, les Romains ont confié leurs plaintes avec des messages anonymes appelés « Statues parlantes ». Elle n’a pas été choisie par hasard…

La force du relief
Un.e architecte, un.e designer, un bâtiment, une proportion qui attire l’oeil

Le design italien des années 50/70. Même si Gio Ponti est la figure tutélaire du design italien moderne, j’ai découvert le travail de l’architecte-designer Cini Boeri. Coup de cœur pour sa Casa Rotonda, à Punta Cannone, sur l’île de La Maddalena, en Sardaigne, réalisée en 1966/1967. Une œuvre d’art architecturale circulaire évoquant les amphithéâtres antiques, faisant corps avec la roche face à la grande bleue. J’espère bien la découvrir cet été pendant nos vacances en Sardaigne. Elle tenait à une philosophie du bonheur dans ses réalisations pour « vivre mieux ». En 2012, elle confiait au site Domus : « Parler de joie n’est pas si facile, mais je recherche généralement la joie avec optimisme. J’aimerais aussi la communiquer aux autres. La joie est inhérente à l’acte de concevoir, de proposer quelque chose de nouveau et de le créer avec responsabilité et passion. »

 La plupart des artistes que j’expose à Rome sont également architectes. J’aime leur regard très créatif mais à la fois leur rigueur et leur sens de l’espace et de la composition.

 

Parler de joie n’est pas si facile, mais je recherche généralement la joie avec optimisme. J’aimerais aussi la communiquer aux autres. La joie est inhérente à l’acte de concevoir, de proposer quelque chose de nouveau et de le créer avec responsabilité et passion.

Cini Boeri

 

Odyssée parfumée
Une senteur italienne qui vous a marquée pour toujours

Les agrumes de la côte amalfitaine. J’ai une passion absolue pour les citrons, que je cultive sur ma terrasse, ramène quelquefois de Procida ou d’Amalfi. Je peux les cuisiner dans tous plats, mention particulière pour les linguine au citron et stracciatella fumée… Dès le printemps, je craque pour le parfum Tangerino, de la marque Essenzialmente Laura, à la mandarine et feuilles de citronnier.

 

Saison éternelle
Le moment de l’année où l’Italie vous bouleverse

 L’automne, une lumière diffuse et chaleureuse baigne Rome. Les couleurs de la ville n’en sont que plus rehaussées. J’ai aussi eu la chance d’aller dans le Val d’Orcia en octobre dernier. Beauté absolue des collines d’or d’où serpentent les cyprès.

Un lieu d’écriture
Un endroit parfait en Italie pour stimuler votre esprit

J’ai découvert au printemps dernier le monastère des Arméniens sur l’île Saint-Lazare dans la lagune vénitienne. Ça doit être un lieu de méditation, je pense idéal à l’inspiration et l’écriture. D’autant plus que la bibliothèque abrite 200 000 volumes dont certaines des toutes premières bibles, les premières bandes dessinées et livres de poche, ainsi que d’anciens manuscrits arabes, indiens ou égyptiens. Un lieu fascinant, à seulement 20 min de la place Saint-Marc où l’on peut retrouver en fin de journée plus d’agitation et boire un spritz face à la lagune. Malheureusement, il n’est pas possible de loger dans le monastère ; alors ça restera un rêve !

Le bleu du ciel romain me fait sourire chaque matin. C’est un bleu vif, pur et franc ! J’aime d’autant plus quand ce bleu tranche avec les murs « affreschi », patinés par le temps, couleur ocre et terra cotta des palais

Le monde au bout du pinceau
Une ou des couleurs qui vous transportent ici en Italie

Le bleu du ciel romain me fait sourire chaque matin. C’est un bleu vif, pur et franc ! J’aime d’autant plus quand ce bleu tranche avec les murs « affreschi », patinés par le temps, couleur ocre et terra cotta des palais romains. Et la peinture pompéienne me fascine par ses dessins minutieux mais surtout par sa palette rouge vermillon, ocre jaune et vert malachite qui imitent parfois les marbres de couleur et servent une architecture en trompe-l’œil.

 

Une ville nommée désir
Un lieu enchanteur à partager à deux

Je ne connais pas de ville plus enchanteresse que Venise. Une ville telle un dédale romantique où se perdre dans les ruelles sombres et se retrouver à flotter sur les canaux. Le silence y est frappant car pas de routes, pas de voitures, juste le bruit des pas et des clapotis. Une ambiance hors du temps qui permet de se retrouver. Un weekend à 2 l’hiver y est magique !

Merci Laetitia pour ce voyage dans ta bellezza italiana !

Retrouvez toutes les actualités de Laëtitia sur son site www.ldg-art.com/

 

Vous ne voulez rien manquer de nos aventures italiennes ? Inscrivez-vous à notre Newsletter bimensuelle ICI !

Poursuivre le voyage...

Nos adresses à Florence

Ali’s Favorite #6 Galleria Romanelli

La Galerie Romanelli est une des visites les plus fascinantes à Florence, je ne manque jamais d’y amener mes fugueuses ! Ouverte au public toute la semaine, c’est un...
Lire la suite