Journal de la beauté, les fragments d’Allison Zurfluh

Nouveau journal de la beauté, celui d’Allison Zurfluh, artiste installée dans la lagune vénitienne. Ces journaux sont composés d’éclats, de fragments, de souvenirs, d’odeurs et de rêves italiens. Nous avons demandé à nos invités de choisir 10 thèmes parmi les 15 que nous leur avons proposé. Un libre arbitre pour répondre le plus naturellement possible et écouter son coeur battre plus fort à la lecture d’un thème.

Les aquarelles et les peintures à l’huile d’Allison Zurfluh sont l’aboutissement d’années passées à Venise – en particulier dans la lagune nord – où elle a appris à connaître l’environnement de cette région, ainsi qu’à découvrir les délicats marais de manière respectueuse et attentive. Elle passe une grande partie de son temps à observer les traditions de pêche au crabe et au filet, et à documenter la lente disparition de ce milieu unique. Grâce à son travail, Allison défend la protection de l’une des zones humides les plus séduisantes du monde, sensibilise aux dangers auxquels elle est confrontée et encourage l’appréciation des méthodes de pêche ancestrales, de la culture locale et d’un mode de vie durable. 

Voici le journal de la beauté d’Allison !

Une fenêtre ouverte
Un paysage italien que vous contempleriez pendant des heures

La lagune de Venise, sans aucun doute, avec ses verts et ses ors terreux, sa boue profonde et périlleuse, sa faune délicate. À la fois passionnément sauvage et élégamment apprivoisé, ce paradis parle à mon âme et calme l’intensité qui est en moi.

 

La possibilité d’une île
Une île italienne dont la beauté vous enchante

L’île de Santa Cristina est un sanctuaire pour la faune et la flore, et cherche toujours à maintenir, dans la mesure du possible, les pratiques traditionnelles de la terre, en matière d’agriculture et de pêche. C’est là que je me sens le plus à la maison dans la lagune.

À la fois passionnément sauvage et élégamment apprivoisé, ce paradis parle à mon âme et calme l’intensité qui est en moi.

Au creux d’un souvenir
L’ambiance et le ressenti d’un moment intime en Italie

C’est un mois de février glacial et brumeux, et je monte sur un bragozzo à l’extrême nord de la Lagune. Il y a plus de détails que de contexte ; tout est texture et couleur, goût et odeur. Quelque chose dans le caìgo vénitien profond exacerbe chaque sens.

Nous glissons silencieusement le long de la barena sauvage, grignotant de la sauge chaude et du potiron frit, enroulant nos mains autour de tasses de thé chaud. La plupart d’entre nous restent à l’intérieur pour se réchauffer ; je ne suis pas de ceux-là.

Le brouillard drape notre chemin comme une couette, nous enveloppant dans sa trahison envoûtante. Le danger est palpable sous son bel art. Mes doigts gèlent sous les moufles de laine.

« Il n’y a rien à voir ici », dit quelqu’un en râlant. Je suis heureuse qu’il redescende pour attendre la beauté torturée, et me laisse seule. Il ne voit rien dans la Lagune, alors que tout est parfaitement clair : ses lignes, ses couleurs, ses miroirs et ses nuances ; le vol et l’immobilité, la soie et la courbe ; le tourbillon irrésistible et sensuel. Ses mains sont partout, elles créent.

Je me tiens à la proue, regardant les herbes apparaître et disparaître avec une accalmie répétitive, et repousse mon bonnet. Le vent glacial attrape mes cheveux et me chuchote quelque chose à l’oreille. C’est ce que fait la lagune, elle vous attire vers son côté le plus passionné lorsque tous les autres ont détourné leur regard, et elle tourne ses mains créatrices pour vous attraper.

Un héritage
Un.e artisan.e ou un.e artiste, une technique à transmettre

La réparation des filets de pêche traditionnels. En observant les célèbres techniques de dentelle de Burano, je ne peux que croire qu’elles ont été fortement inspirées par les filets de pêche, méticuleusement construits et entretenus par les pêcheurs. Il existe encore aujourd’hui des pêcheurs qui s’assoient devant leur maison et réparent les filets en fibres naturelles, mais cela fera bientôt partie du passé. La pêche industrielle, la facilité d’utilisation des fibres plastiques et l’envie de jeter et d’acheter du neuf, au lieu de réparer ce qui existe, entraînent la disparition progressive de ce bel art.

 

La force du relief
Un.e architecte, un.e designer, un bâtiment, une proportion qui attire l’oeil

Les peintres Gianni Sabbioni, Rosario Morra ; la proportion d’un briccola qui s’inscrit tranquillement dans la ligne horizontale simple de la lagune.

Je me tiens à la proue, regardant les herbes apparaître et disparaître avec une accalmie répétitive, et repousse mon bonnet. Le vent glacial attrape mes cheveux et me chuchote quelque chose à l’oreille. C’est ce que fait la lagune, elle vous attire vers son côté le plus passionné lorsque tous les autres ont détourné leur regard, et elle tourne ses mains créatrices pour vous attraper.

 

Odyssée parfumée
Une senteur italienne qui vous a marquée pour toujours

Le jasmin de Rome, le romarin de la Toscane, l’air salé et saumâtre de la Lagune de Venise.

 

Saison éternelle
Le moment de l’année où l’Italie vous bouleverse

Le mois de janvier, lorsque les eaux sont vides de bateaux, à l’exception des pêcheurs locaux, et que la nature a été libérée de la présence de l’être humain, pour voler librement et sauvagement. Les couleurs sont à la fois froides et profondes, l’eau est claire, le temps est tortueux et demande détermination et patience.  Mais ce que je perds en peine et en efforts, je le gagne en beauté.

Ce que je perds en peine et en efforts, je le gagne en beauté.

Un lieu d’écriture
Un endroit parfait en Italie pour stimuler votre esprit

Dans l’extrême nord sauvage de la Lagune, toute seule dans mon bateau.

 

Le monde au bout du pinceau
Une ou des couleurs qui vous transportent ici en Italie

Le vert terreux et aqueux, en même temps limpide, de la lagune profonde et froide.

Suspendu dans la nuit
Un moment volé en Italie, à la nuit tombée, quand la ville dort

Je conduis le bateau dans la nuit pour sentir le velours. Je fais briller la lumière dans l’eau sombre pour observer un monde épais de vie, invisible pendant le jour. Je me penche sur le côté et j’attends, mes cheveux touchent l’eau et forment des cercles. Des millions de petits poissons ressemblant à des anguilles se rassemblent et font des nuages. Un étrange mille-pattes orange s’approche ; nageur solitaire, il a l’air perdu et traîne dans le coin. Des touffes d’herbe barena flottent, cinq minuscules méduses, une plus grande, deux amants gélatineux amples, s’embrassant. 

Un hippocampe s’élève au sommet d’un nuage de petits goujons ; il m’observe alors que je place ma main dans l’eau et attend qu’elle s’y niche. Ne résistant pas, je la soulève un instant. Ses courbes sont nettes et douces ; elle essaie de me dire quelque chose ; ses yeux sont sérieux. Au bout d’un moment, je la relâche et je la regarde s’enfoncer lentement dans l’obscurité. 

J’allume le moteur et me prépare à retourner dans un monde électrique ; les mulets sautent et sautillent sur l’eau dans leur magnifique démonstration de joie simple. Pour eux, la journée ne fait que commencer.

Merci Allison pour ce voyage dans ta bellezza italiana !

 

Née dans une famille suisse en Californie, Allison a obtenu un diplôme de littérature anglaise et espagnole au Westmont College de Santa Barbara et s’est formée à la peinture à l’huile auprès de l’artiste australien John Kelly. Elle est l’auteur de deux livres : Le Livre de Lia, un livre illustré se déroulant à Venise, sur la découverte de soi d’une jeune fille ; et The Veremonda Resurrection, sur la renaissance d’un opéra vénitien du XVIIe siècle

À partir du 19 mars 2022, Allison expose ses aquarelles au Venissa sur l’île de Mazzorbo dans la lagune.

Retrouvez toutes les actualités d’Allison sur son site www.allisonzurfluhartist.ch

Et sur son Instagram @allisonzurfluh_artist

 

Vous ne voulez rien manquer de nos aventures italiennes ? Inscrivez-vous à notre Newsletter bimensuelle ICI !

Photo By: Allison Zurfluh ; montages Ali di Firenze

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.