AlidiFirenze

Italian Joie de Vivre !

Dans l’atelier du céramiste Giorgio Ricciardi

Giorgio Ricciardi aura tout tenté pour m’empêcher de visiter son atelier. « Il est moche » me dit-il au téléphone, puis enchaîne en me prévenant qu’il refusera d’être pris en photos. Je le rassure en lui disant qu’il en faut plus pour me décourager et que nous promettons d’être rapide. « Bon ok … »

Je sens bien que le cœur n’y est pas mais ce n’est pas grave, j’ai mon rendez-vous ! J’ai entendu parler de Giorgio par mon amie française Marie-Eve, installée en Toscane depuis presque 3 ans. Ayant une tante céramiste et armée de son bon goût, c’est la reine pour me dégoter des marques et artisans dont je n’ai jamais entendu parler. Pour ma #CasaMarchi elle m’a offert un sublime plat réalisé par Giorgio. Elle comme moi avons eu la même pensée : enfin un céramiste italien minimaliste, qui maitrise une palette sublime et une technique de glaçage qui donne ce fini si particulier.

Enfin un céramiste italien minimaliste !

En arrivant, nous découvrons avec joie que Giorgio a une compagne Française, la sympathique Brigitte qui nous éclaire aussi sur le personnage et son travail.

En discutant avec Giorgio, des mots reviennent tout le temps. Tout d’abord la vocation, au départ à Milan puis dans de nombreux laboratoires ouverts au public q(ue l’on ne trouve plus malheureusement aujourd’hui). Puis c’est l’essentialité des produits, très inspirée par le territoire de la Ombrie, la pureté des contours. Il est vrai qu’en Ombrie, la nature est fort différente de la Toscane, une part plus brute, plus sauvage aussi, des petites églises très simples, comme un retour aux sources. Giorgio comme son travail sont avares des mots et des lignes.

Quand j’essaie de lui parler de son style, Giorgio fait souvent référence aux pays nordiques. Il est vrai qu’il est loin des standards du style italien en matière de céramiques. D’ailleurs, il nous le confiera, il vend toujours mieux aux étrangers, plus sensibles à son style. Même sa palette fait référence aux pays du nord, où il n’a pourtant jamais mis les pieds. C’est l’idée qu’il s’en fait qui lui permet de créer, 3, 5, 7, 10 et maintenant 13 couleurs qui vont divinement bien les unes avec les autres. Une vraie palette, et si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous savez combien ce thème me parle !

Dans l’Atelier j’ai pu admirer d’anciennes pièces de céramique de Giorgio, la naissance d’un style et une version presque plus « artistique » (il adore dire que ces derniers modèles sont très Marie-Claire Magazine !). Les vases sont comme des statues et je retrouve dans la palette tournée vers des couleurs « terre » la pureté, les fondamentaux liés à la toile de fond qu’est la Ombrie. Giorgio, sans compromis.

Giorgio produit à la main chaque pièce (90% au tour), même si certaines lignes, comme les carafes sont obtenues avec un coulage de porcelaine. Il travaille uniquement à très haute température pour un résultat solide et pratique (les produits passent tous au lave-vaisselle et vont au four). Il fait très peu d’événements, mais on peut le retrouver à Florence en Octobre piazza Annunziata pour une manifestation dédiée à la céramique. L’artiste-artisan collabore avec Armani, Poltrona Frau, Devon & Devon ; il a été vendu au Bon Marché, au Conrad shop… mais attention, toujours dans la limite de sa force de travail. Un artisan, avant tout.

7
Photo By: Texte Ali di Firenze, photo Alex Dani

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.