DOLCE VITA, ce que m’a appris ma belle-mère

Ma belle-mère est essentielle à mon équilibre italien. Déjà parce que c’est la famille que je me suis créée sur place, et puis sa façon d’être m’a permis de mieux comprendre ce qu’est l’art de vivre à l’italienne. Cet art de la convivialité, une vie qui se vit à plusieurs, avec une touche de sophistication réfléchie dont on cache toujours l’effort, une attention aux détails, au confort surtout … Revue des enseignements, tout cela classé par thème.

Cuisine 

 

  • Ma belle-mère invite 10 personnes à déjeuner ou à dîner chaque semaine, qu’on soit samedi ou mercredi. Alors que je peine à organiser un dîner mensuel avec quelques copains, elle lance les invitations du jour pour le lendemain et remplit sa maison à l’occasion d’une partie de Burraco (le Rami à l’italienne). Easy.
  • Quand elle invite quelqu’un à déjeuner, elle dit qu’elle l’invite « A colazione » ce qui normalement veut dire au « petit-déjeuner » mais non, en fait dans ce contexte, c’est déjeuner. (Vous suivez ?)
  • Qu’elle soit seule, à 2, en repas rapide un mardi…aucune excuse, une jolie table est dressée ! Elle prend des airs de fêtes quelle que soit la situation et elle indique un certain respect pour soi mais aussi pour ceux qui partagent ce repas. Aucune situation ne déroge à la règle, et lorsque je suis sortie chercher les pizzas à emporter le weekend dernier à Forte dei Marmi, elle a eu le temps de monter une table de rêve avec sets de table et serviettes brodées. Ma Quattro Formaggi avait une autre saveur que mangée à même le carton. 
  • La simplicité ne résonne pas de la même manière chez moi et chez ma belle-mère. Si nous lui demandons de « faire simple » quand on passe déjeuner en coup de vent pour récupérer les enfants qui ont dormi chez elle, nous aurons à tous les coups le droit à un primo secondo contorno dolce caffè. Bref un menu de restaurant. Et après je me demande pourquoi mon fils me demande où est le secondo après son plat de pâtes à la maison !
  • La dispensa, c’est le garde-manger, et chez ma belle-mère c’est une pièce sacrée. Je me moque toujours gentiment en disant qu’avec sa dispensa, elle est prête en cas de guerre mondiale… du coup je rigolais jaune pendant le confinement avec mes 2 boîtes de maïs pendant qu’elle se roulait dans les conserves en tout genre.
  • Ma belle-mère vit seule mais a 2 frigos avec freezer. Parce qu’on ne sait jamais qui on va recevoir, et dans quelle circonstance. 
  • De grandes sessions de cuisine sont organisées pour produire des litres de sauce ragù parfaites, des lasagnes végétariennes sublimes ou encore un spezzatino di vitello. Il ne me reste plus qu’à passer en voiture pour récuperer ce take-away de luxe. 

Qu’elle soit seule,

ou à deux,

en repas rapide un mardi …

aucune excuse pour ma belle-mère,

une jolie table est toujours dressée !

Maison

 

  • Etre bien chez soi, c’est la règle d’or de ma belle-mère et cela s’applique aussi à une maison en location. J’ai eu beaucoup de mal à le comprendre au début (pourquoi faire déplacer un radiateur pour mettre parfaitement le canapé alors que je vais peut-être rester ici seulement 2 ans ?), mais j’ai fini par assimiler l’avantage majeur: avoir un quotidien le plus qualitatif possible. 
  • Cela s’applique aussi au soin que l’on va mettre dans les détails. À la maison de la mer, on dort dans des draps de la même qualité que ceux qui se trouvent chez elle. Moralité, on dort bien, on se sent comme à la maison tout de suite. Avait-elle vraiment besoin de changer les portes de placard de la cuisine ? Elle a mentionné un problème majeur de commodité côté ouverture. Je lui fais confiance. 
  • Deux passions aux antipodes pour ma belle-mère architecte: IKEA (elle connaît le catalogue par cœur) et le sur-mesure. Quel que soit le « problème », une de ces 2 passions le résout toujours.
  • Quand on habite une maison, on habite une maison « finie ». Je crois que je l’ai traumatisée avec mes histoires de « prendre le temps pour finir la maison », « vivre la maison pour comprendre nos besoins », « pas grave si on attend pour avoir un lustre ». Je crois qu’elle est atterrée à chaque fois quand elle vient diner chez nous ! 

Le blanc, la meilleure des toiles de fond pour la maison.

  • Le blanc, la meilleure des toiles de fond pour la maison. Ma belle-mère adore le blanc et cherche la lumière partout. Dans son ancienne maison, il y avait de la moquette blanche partout. Incroyable. 
  • Une vie agréable c’est l’ultra organisation. Ma belle-mère a des placards dédiés pour tout. Le placard des carafes, le placard des nappes, le placard des chaussures de mi-saison, le placard des assiettes colorés de Noël … ok la maison est grande, mais elle a surtout été pensée en fonction du nombre de rangements à créer (sérieusement, des murs ont été abattus pour créer un couloir placard!).
  • Ma belle-mère est prête en toute circonstance. Comment ? Grâce à cette organisation et préparation de la maison à toutes les éventualités. Si 10 personnes viennent jouer au burraco un lundi, on sort les tables pliables de la buanderie et on transforme le salon en Casino de Monaco en 2 temps 3 mouvements. Chapeau.

Ma belle-mère a des placards dédiés pour tout.

Le placard des carafes,

le placard des nappes,

le placard des chaussures de mi-saison,

le placard des assiettes colorés de Noël…

Mode

 

  • Aucun snobisme côté mode, d’ailleurs la mode elle s’en fiche (et déteste le shopping) tant que le cheveu est impeccable. Vêtement du marché de Forte dei Marmi à 10 euros ou gilet Max Mara, tout est possible si le vêtement est adapté au contexte. 
  • Les placards des vêtements ne sont pas seulement rangés par saison mais par situation. Les vêtements que l’on porte à la plage ont donc une armoire dédiée et n’ont RIEN à voir avec le placard des vêtements d’été. Je fais de même désormais dans mon propre dressing avec mes « vêtements spécial Dolomites » qui n’ont pas leur place dans le placard du sport mais dans un tiroir à part. 

Aucun snobisme côté mode, d’ailleurs la mode elle s’en fiche (et déteste le shopping) tant que le cheveu est impeccable.

Attitude

 

  • Comme tout italien qui se respecte, l’esthétisme d’une situation, quelle qu’elle soit, compte terriblement. Quand nous avons commencé à aller au Bagno Marco, nous avions des serviettes dépareillées sous la tente, à des dimensions qui ne correspondaient pas du tout aux surfaces à couvrir. Je peux vous dire qu’à la première opportunité, cette situation visuellement atroce a été réparée avec un set complet de serviettes assorties. Quand le set est arrivé, elle a pu enfin souffler. 
  • Collier de perle, cheveux impecs et joli pantalon ? Cela n’empêche pas ma belle-mère d’être absolument tout terrain. Ma photo préférée d’elle, c’est un café (immonde) bu au bar Greenwich à Saint-Pierre-sur-Dives en Normandie. Comme si elle avait passé tous ses étés là-bas. 2 heures après, elle préparait des spaghettis pour 15 personnes dans la maison familiale. 
  • Le réseau, c’est la vie. Ma belle-mère peut m’envoyer le 06 de n’importe quel directeur de musée de Florence. Quand elle me dit, « viens je t’emmène déjeuner chez une amie », ça donne ça
  • Comme Andrea, ma belle-mère est la seule italienne totalement ponctuelle. Peut-être ma qualité préférée, moi qui attend en permanence depuis dix ans.

Comme tout italien qui se respecte, l’esthétisme d’une situation, quelle qu’elle soit, compte terriblement.

Enfants

 

  • Ma belle-mère fait un truc que je ne fais jamais, elle coiffe mes enfants. Moralité, je récupère des bambini que je ne reconnais pas car Bianca a les cheveux démêlés et la boucle souple remontée en couettes parfaitement parallèles. Leone a les cheveux plaqués et la raie sur le côté. Un lord.
  • Rien de mieux que ma belle-mère pour éduquer les enfants aux bonnes manières. Je fais semblant de ne pas écouter mais clairement, je me rends compte que moi aussi j’ai du retard à rattraper à ce niveau-là ! 
  • Ma belle-mère n’a peur de rien, elle embarque seule 2 enfants de moins de 3 ans chez le coiffeur, réussit à leur faire couper les cheveux en leur promettant un petit gâteau de la pâtisserie d’à côté. 

 

Et vous ? Des tips ou de grands principes que votre belle-mère vous a transmis ?

Je lui ai dédié un épisode de ma websérie Dolce Follia, à revoir ICI

 

Baci,

Alice

46
Photo By: Ali di Firenze
2 Discussions on
“DOLCE VITA, ce que m’a appris ma belle-mère”
  • Chère Alice,
    C’est un hommage magnifique à une femme qu’on devine exceptionnelle. Moi aussi j’ai une belle-mère Italienne qui m’a ouvert les bras et le cœur; sans elle je ne sais pas comment je ferais. Ce qui m’a le plus marqué chez elle, c’est de que tu notes si bien, elle n’a peur de rien et a une énergie débordante, a toujours la mèche parfaite qu’elle tonde le gazon, fasse la pasta al forno session freezer ou gère le dîner du dimanche. C’est vraiment chouette d’avoir un soutien pareil dans sa vie de femme, professionnelle, mère et épouse.
    Baci dal Piemonte,
    Aurélie

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.