La Renaissance, trouver l’inspiration en observant la nature

La Renaissance peut être un point de départ pour trouver l’équilibre en ces temps agités. Méditation par la beauté qui calme et ordonne les pensées. Un retour à cette période symbole de l’harmonie peut nous apprendre à découvrir le divin dans les petites choses qui nous entourent, nous ramenant à la perception subtile et profonde du monde, de l’homme, de la vie quotidienne et enfin, de la nature. 

Découvrir la beauté de la perspective

Au XVe siècle, une nouvelle forme de représentation de la réalité apparait, donnant ordre et logique à l’espace pictural : la perspective. Malgré sa rigueur totalement mathématique, la perspective de la Renaissance crée la sensation de magie divine. Cela se sent bien dans les œuvres religieuses telles que la fresque ‘Trinité’ de Masaccio, exposée dans l’église de Santa Maria Novella à Florence où pour la première fois ce sujet est représenté sur le fond architectural; ou dans l’Annonciation de Beato Angelico, représentée dans une cour Renaissance parfaite. Dans l’étude de la perspective architecturale et paysagère au début des années 1400, Jacopo Bellini réalise des détails incroyables: il dessine des palais, des montagnes, des places d’une manière presque photographique. Le paysage au loin entre dans les peintures aussi bien religieuses que profanes, accentuant la profondeur de l’espace, la solennité du sujet et l’harmonie avec le monde. La Joconde de Léonard de Vinci, réalisée selon la technique de ‘sfumato’ (procédé en clair-obscur qui annule la ligne de contour pour obtenir l’interpénétration maximale entre la figure et l’atmosphère) en est un bel exemple: elle donne l’impression que la femme et le paysage font partie du même matériau vital. Et Giovanni Bellini, qui peint sa “Jeune femme au miroir  », pense à la même harmonie avec l’extérieur: même si la fille semi-mortelle que nous voyons est séparée du paysage par la fenêtre (le rebord est devenu un moyen de Perspective 3D, comme dans la dernière Madonna La Lippina de Filippo Lippi), son corps est une partie de l’harmonie globale, qui crée la perception de l’unicité divine entre l’homme et la nature.

‘Trinità » de Masaccio, 1425; « Annunciazione » de Beato Fra Angelico, 1430; « Flagellazione » de Jacopo Bellini, 1450; « La Joconda » de Leonardo da Vinci, 1503; « Giovane donna nuda allo specchio » de Giovanni Bellini, 1515; « La Madonna col Bambino » de Filippo Lippi, 1465

Valoriser l’homme à travers la nature

Si regarder la nature du paysage à travers le prisme d’une perspective géométrique confère à l’image un réalisme visuel, l’utilisation des éléments de la nature est également devenue un outil pictural pour créer les couches symboliques et philosophiques de lecture de l’œuvre. À la Renaissance, la nature représentait les codes pour raconter des histoires en dehors de la représentation objective du sujet. “Le Printemps” de Sandro Botticelli, créée, selon de nombreux chercheurs, à l’occasion du mariage entre Lorenzo di Pierfrancesco de ‘Medici et Semiramide Appiani, codifie le mariage et la reproduction à travers les plantes: si Venus attend un enfant, Flore, la nymphe des fleurs, semble mettre des fleurs au monde. Les plantes toscanes (il y en a 500) ont chacune leur propre signification nuptiale: l’oranger est le symbole du mariage et aussi un emblème des Médicis, la fleur d’hellébore prolongeait la jeunesse, la jacinthe est une fleur de mariage et le pavot est considéré comme un signe de fertilité, la fraise, un symbole de plaisirs, le bleuet est un autre symbole d’amour et la violette est la plante de Vénus. Même dans les portraits profanes moins complexes, la nature a joué le rôle principal dans la description du personnage. Le célèbre portrait de Ginevra de Benci signé par Léonard de Vinci contribue au lien entre son nom, Ginevra, et sa signification dérivée du genévrier. Non seulement elle est représentée dans le contexte de la plante du même nom, mais on pense également que ses vertus sont les mêmes que celles du symbolisme du genévrier qui représentait la pureté et la protection contre les mauvais esprits. Non seulement les symboles magiques, mais aussi les significations concrètes ont été rendues grâce à la nature et au paysage. Comme dans le «Diptyque d’Urbino» de Piero della Francesca qui représente Federico da Montefeltro et Battista Sforza: le paysage en arrière-plan donne une idée claire des immenses terres qu’ils ont consolidées sous le toit conjugal grâce à leur mariage.

« Primavera » de Sandro Botticelli, 1482; « La Nascita di Venere » de Sandro Botticelli,1483; « Il Ritratto di Ginevra de’ Benci » de Leonardo da Vinci, 1474; « Il Ritratto di una Giovane Donna »de Lorenzo di Credi, 1490

La fascination pour le chaos

En plus de représenter le monde réel, la nature était une source d’inconnu pour les gens ordinaires et les artistes de l’époque. Sa force imprévisible, ce pouvoir de créer ou de détruire, le mystère de la terre et du ciel dans les croyances religieuses, tout cela rendait la nature dangereuse et effrayante, même si elle était divine. Ce côté métaphysique de la nature est conservé dans certaines œuvres mystérieuses. Comme dans ‘Tempête’ de Giorgione, une peinture qui symbolise cette vision. Le paysage sombre, qui représente la campagne au moment de l’arrivée de l’orage, avec deux personnages sans aucun lien entre eux, comme s’il s’agissait de visions apparues dans le fantasme stimulé par l’atmosphère de tension, semble donner forme à la même sensation d’excitation mentale, plus que de représenter un événement réel. La même atmosphère magique, chaleureuse mais lourde est également présente dans le tableau ultérieur du Tintoret, “Santa Maria Maddalena”. Giulio Romano dans sa fresque “Gigantomachia” au Palazzo Te à Mantoue illustre la lutte du divin contre les forces obscures: la défaite des géants qui menacent l’ordre naturel du monde, étant l’allégorie des temps qui changeaient de l’harmonie du premier Renaissance à l’hyperbole vertigineuse du maniérisme.

« Tempesta » de Giorgione, 1506; « Orazione nell’orto » de Giovanni Bellini, 1459; « Gigantomachia » de Giulio Romano,1532; « Il parco dei Mostri di Bomarzo » de Pirro Ligorio, 1548; « Maria Maddalena » di Jacopo Tintoretto, 1587

Ne manquez pas notre prochain rendez-vous qui approfondit la notion de la perspective inventée à la Renaissance.

 

Baci,

Elena

 

Vous ne voulez rien manquer de nos aventures italiennes ? Inscrivez-vous à notre Newsletter bimensuelle ICI !

.

5
Photo By: Collages @veneziadinicchia; Cover "La Primavera" de Botticelli, "Giovane donna nuda allo specchio" de Bellini, "La Madonna col Bambino" de Lippi, 'La Città ideale", auteur inconnu.

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.