Nos adresses art et culture à Florence

Restauration des reliefs d’Andrea della Robbia pour lo Spedale degli Innocenti

Quand Laura Speranza m’a envoyé un message m’invitant à découvrir les travaux de restauration des reliefs qui ornent le Spedale degli Innocenti à Florence, je n’ai pas hésité une seconde.

Chacune de ces rencontres avec la responsable des restaurations des Terracotta est précieuse, et je n’aurais jamais imaginé il y a 5 ans en arrivant à Florence avoir accès à de telles merveilles. Leonardo da Vinci, Donatello,  Botticelli; j’ai eu l’occasion d’approcher de très près des chefs-d’œuvre en pleine séance de restauration au centre de la Fortezza da Basso ou à l’Opificio delle Pietre Dure, des pointures de niveau mondial.

Le jour de ma visite, les mains de fées étaient donc penchées sur 10 reliefs représentant des enfants emmaillotés sur fond bleu, des sculptures réalisées par Andrea della Robbia en 1475. Ces pièces ornent d’habitude la facade de l’hôpital des Innocents, une structure bien particulière et avant-gardiste car ce fut un des premiers orphelinats d’Europe, un endroit où les enfants avaient la chance d’être recueillis puis éduqués.

La délicatesse des visages des enfants (les « innocents ») sur les reliefs frappent tout de suite et cette douceur est soutenue par un bleu sublime qui rappelle le ciel. On fait alors très vite le parallèle avec les anges. Côté technique, la terracotta était cuite puis peinte dans un deuxième temps (les enfants sont habillés dans des langes bleus, violet ou rouge), et cuite de nouveau. C’est ce qui donne cet aspect très lumineux aux couleurs et insiste une nouvelle fois sur la dimension divine.

Spedale degli innocenti ali di firenze3

En 2016, il Spedale degli innocenti devrait d’ailleurs inaugurer un nouveau musée. J’ai hâte !

Laura qui m’a accompagnée dans cette formidable découverte, a un parcours passionnant. Elle se forme avec Roberto Salvini, grand historien de l’art italien et fier défenseur de l’art avec un grand A. Pendant la seconde guerre mondiale, alors directeur du musée des Offices, il cachera des documents importants dans les tableaux.

Laura se spécialise dans les arts mineurs, à savoir tout ce qui concerne le dessin, le verre et les miniatures. Mineur, mineur… quand on voit ce que son équipe restaure, on se dit que le terme est bien mal choisi !Cimabue

Après un début dans l’enseignement, elle passe les concours de la Fonction Publique et part 10 ans à à Arezzo où elle supervisera entre autres, les travaux de Piero della Francesca e Cimabue à la Basilique de San Domenico. Elle rentre à Florence en 2000 pour prendre la direction du département de restauration des pierres (du marbre essentiellement avec le David de Michelangelo,  les statues d’Arnolfo di Cambio qui ornent la façade du Duomo) puis enfin son graal, le département des terracotta qu’elle vise depuis toujours.

Un pied au centre de restauration de la Fortezza da Basso, un pied au centre géant attenant au musée des Pietre Dure, Laura coordonne de nombreux anciens élèves de l’école de restauration devenus des maitres de précision et de passion.

Ces derniers opèrent avec une insensée délicatesse et sont armés jusqu’aux dents avec un matériel ultra précis (beaucoup d’objets sont empruntés au milieu médical, notamment pour la phase sensible d’analyse avant toute opération sur l’oeuvre).SONY DSC

On sent un grand respect par rapport aux pièces qui leur sont confiées et un sens du devoir : réparer ce que le temps a brisé, mais aussi perpétuer des techniques et des traditions. Car l’équipe utilise pour certains travaux des techniques créées au temps des Medicis. Pour les surfaces décoratives constituées de pierres taillées, une ancienne élève utilisera devant moi un arche mis au contact d’une pâte rendant le mouvement aussi tranchant qu’un diamant. Cela permet à la pierre de prendre la forme exacte qui ira s’insérer dans l’œuvre. Un délire de minutie pour un résultat de virtuose car à l’oeil nu, il est impossible de detecter le moindre espace entre les pierres de couleurs dégradés venant composer l’oeuvre.

Le grand studio de restauration possède une quantité de pierres impressionnante provenant du monde entier. C’est assez merveilleux voir Laura s’extasier sur le brillant d’un pierre ou les reflets d’une autre! Quant on sait que certaines pierres ont été mises de côté par les Medicis eux-même  afin d’avoir en reserve les couleurs les plus sublimes, on s’intéresse de très près à ce qui pourrait sembler être un vulgaire caillou!

Merci Laura pour ce plongeon dans l’Art.

Opificio delle pietre dure2

Infos pour visiter le Musée des Pierres Dures : du lundi au samedi, 8h15-14h, Via degli Alfani, 78

Visiter le centre de restauration : ICI 

Par Ali

Poursuivre le voyage...

Manger à Florence, nos adresses de restaurants

Nos adresses vegans à Florence

Florence regorge d’adresses gourmandes et délicieuses qui proposent une offre végétarienne et/ou vegan. Voici les adresses préférées de notre collègue et experte Laure, vegan depuis 10 ans !
Lire la suite

Bons baisers de

Vivere bene, city-guide bien-être à Florence

J'ai commencé à collecter des adresses bien-être dans ma tête il y a quelques mois en me disant que ce serait sympa de partager des lieux à Florence qui...
Lire la suite