AlidiFirenze

Sur les routes d'Italie avec Ali !

Heureux à Naples

Dégager du temps pour soi et pour son couple, telle est la grande mission qui va de pair avec le fait de devenir parents.

Ma famille étant de passage en Toscane, nous en avons profité avec Andrea pour filer en douce pendant 2 jours. Andrea m’a proposé Naples et j’ai dit oui tout de suite. Suffisamment dépaysant, ensoleillé avec une nourriture divine pour nous couper de nos repères et souffler pour de vrai.

3 petites heures suffisent depuis Florence pour arriver à la gare centrale de Naples. Déjà dans le train on doit ajuster nos repères, les accents très fort du sud prennent le pas sur le florentin, un groupe de mamies debout au milieu de la rame, hurlent en échangeant sur le quotidien. Je souris et regarde mon mari. Ce break va nous faire le plus grand bien.

Nous allons poser nos valises à l’hôtel Romeo. Je ne m’attarderai pas sur le sujet… déco moderne kitsch, chambre petite, piscine ridicule et vue décevante sur le port commercial. Seul bon point ? Le petit-déjeuner, au 8ème étage qui permet d’admirer Capri. Et bien sûr ce couple de clients improbables croisés dans l’entrée, tout droit sortie de la série Gomorra. Tatouage pour lui, talon plateau de 12cm pour elle. BREF.

On part tout de suite à pieds direction le Castello dell’Ovo. Nous n’avons aucune ambition sur ces 2 jours à part celle de passer du bon temps, de flâner et de nous arrêter quand l’envie nous prend. On passe devant le château Castel Nuovo, l’opera, la piazza del Plebiscito. Là, un nom sonne l’alerte, Caffè Gambrinus. Ce café a été mentionné de nombreuses fois dans les papiers sur Naples qui sont passés sur mon bureau. On a envie d’un espresso, ça tombe bien. L’intérieur est fastueux, les serveurs à veste impeccable enchaînent une chorégraphie de la caféine absolument parfaite, les touristes – moi inclus – sont hystériques avec leur appareil photo. Andrea va nous chercher deux cafés et rafle au passage deux sfogliatelle, ces feuilletés célèbres à la crème, recouverts de fraises des bois en forme de homard. Délice.

Très vite, nous sommes en bord de mer. Quel spectacle ! Le château del’Ovo, l’île de Capri, le volcan Vésuve et les napolitains. Difficile de trouver les mots pour les décrire mais ils sont si essentiels au spectacle, à l’énergie de la ville, à son opulence frôlant parfois le mauvais gout.

Les enfants font des pirouettes en sautant d’un bateau pointu (aucune surveillance d’adultes), des jeunes femmes à la silhouette bien en chair prennent le soleil sur les rochers, les vieux discutent, fort. Je suis surprise car il y a des creature partout (qui veut dire « enfant » en napolitain) ! Les mamans sont jeunes, bien plus jeunes qu’au nord de l’Italie. C’est gai, solaire, les cris, les rires, c’est la vie qui se déroule sous nos yeux.

Nous passons devant l’hôtel Vesuvio (gggrrr je rage de ne pas avoir écouté mon mari) et entrons dans le Castello. 5 mini rues, des bars et restaurants, nous avons le choix pour le déjeuner. Comme toujours quand je ne sais pas, je cherche un local pour prendre des infos. Un pêcheur repeint son bateau ? Parfait ! Il me conseille la O’ Tabaccaro chez Pietro de l’autre côté de l’île. 10 tables en plastique, une famille déjà attablée qui semble avoir ses habitudes, vue sur le canal et les bateaux. Parfait. Côté menu, 10/10. Des moules, une calamarata, des spaghettis fruit de mer, du vin blanc local et un sorbet de citron à boire à la paille qui tue. Mais ce qui nous amuse le plus, c’est le spectacle qui se joue devant nous. Une mamie conduit un petit bateau pour amener les touristes bronzer aux rochers inaccessibles. Elle est accompagnée de son petit-fils qui se fait engueuler au moindre écart. La clope au bec et la banane remplie de cash, on a jamais vu quelqu’un de plus efficace.

Après le déjeuner, nous allons prendre nos quartiers à l’hôtel. Sur le chemin du retour, les napolitains nous font le show ! Apparement de nombreuses cérémonies de communion ont eu lieu en fin de matinée. Les « creature » (les enfants !) sont vêtus comme pour un mariage, les petites filles portent des robes de princesse brodées. Et rien ne semble trop beau pour leur faire plaisir, le hummer de 6mètres pour trimballer toute la famille, la team de photographe et vidéaste accompagnée d’un drone pour immortaliser tout ça.

Effondrement général, 2h de sieste. Il faut dire qu’en ce moment, on ne tient plus debout (voir les sujets Casa Marchi!).

En fin d’après-midi, on a envie de prendre de la hauteur pour admirer tout le golf. Direction Posillipo ! Changement de décor … et de couche sociale. Depuis le taxi je croise les dernières baskets Balenciaga et de nombreuses voitures sans permis conduites par des jeunes filles de 16h accompagnées de Chihuahua bien peignés. Le taxi nous arrête chez Miranapoli, une terrasse vue mer où nous prenons l’apéro. Au top ! On fait quelques pas à la recherche d’une vue encore plus dingue et faisons des photos. J’éduque mon mari à l’art de la photo parfaite, pas gagné mais il progresse.

Pour le diner, on veut une pizza, bien évidemment. Un local nous conseille Ammaccàmm qui semble parfait mais vraiment trop éloigné du centre (quartier pozzuoli). Et puis c’est dimanche soir, les pizzas de la via tribunale, les plus célèbres dans le centre, sont toutes fermées. On décide de jouer la sécurité, direction Sorbillo sur le front de mer. Cette enseigne ultra locale a ouvert différentes pizzerias en ville et sa renommée s’étend jusqu’à NY. Franchement, on est pas déçu ! Avec une margherita à la Bufala et une pizza avec des anchois, câpres, olives … la soirée est parfaite. Balade sur le front de mer pour finir cette journée, on s’arrête chez Zi Teresa pour un limoncello glacé délicieux. On ne sent pas l’alcool, une merveille.

Lundi matin, reveil en douceur et super petit-déjeuner à l’hôtel. Pendant que je me fais une orgie de fruits, Andrea est en transe avec sa mozzarella. Si les Pouilles ont la Burrata (cette version ultra crémeuse), Naples a la Mozza ! Celle produite à Caserta est particulièrement délicieuse. On part en vadrouille dans le centre historique. J’ai une seule visite sur ma to-do list, le convento di Santa Chiara, un lieu dont le cloitre est intégralement recouvert de majolique bleues, vertes et jaunes. Je ne suis pas déçue, les lieux sont époustouflants. À la boutique, j’investis dans des verres à Limoncello adorables que je compte offrir à mes parents qui se tapent un babysitting de l’enfer pendant que nous on glande à Napoli.

On continue notre découverte du centre et une rue est clé, c’est spaccanapoli, coeur vibrant du centre touristique. On ne se pose pas trop de question et entrons dès qu’une église nous fait envie. Et il y en a !!!  Les cours intérieures sont aussi une de mes lubies. Le linge sèche, les gens se parlent au balcon, les cages d’escalier sont lugubres et mystérieuses !

Pour aller avec mes verres à limoncello il me faut … du limoncello et j’ai un nom en tête, Limoné situé sur la place San Gaetano. Mario est charmant et nous explique toutes les étapes de fabrication. Les citrons totalement organiques cueillis juste à côté de Naples, la peau du citron où résident les huiles essentielles, la macération de 20 jours … hop hop hop on embarque 3 bouteilles et on s’est fait un shot alors qu’il n’est même pas encore 11h30.

On est des cochons et souhaitons remanger une pizza. Mais le cirque de la via tribunale ne nous convainc pas. Chez Sorbillo, l’adresse historique, c’est l’hystérie et il faut pratiquement prendre un numéro comme à la sécu, les autres adresses comme da Michela donnent sur la rue qui bourdonne. NO GO. Mario de chez Limonè nous a donné une autre adresse un peu à l’écart, Pizzeria Capasso. La piazza est un peu moins bonne que la veille, la pâte plus caoutchouteuse mais Andrea a enfin sa pizza frit et l’addition s’élève à 18€, bière comprise. OK.

J’ai envie de faire un petit tour dans les souterrains (départ piazza san Gaetano, la Neapolis Sotterrata) où nous allons voir les vestiges d’un ancien marché. Laverie, boulangerie, teinturerie … La disposition des échoppes est encore ultra claire, c’est fou. Au rez-de-chaussée une salle incroyable a les murs recouverts d’arbres généalogiques religieux.

Nous n’avons pas pris de dessert au restaurant et avons envie d’une glace. On nous a recommandé Scimmia. Sur la route pour nous rendre au glacier, mon radar à céramiques me demande de m’arrêter chez MAC Ceramica. Il faut dire que les couleurs sont douces, les imprimés feuillage inspirés … j’adore ! Pendant que la créatrice fait mon paquet, on discute planning de visite et elle nous conseille d’aller voir le christ voilé, l’église de San Severo étant souvent vide à l’heure du déjeuner… quelle bonne idée ! Nous avions abandonné l’idée face à la queue du milieu de matinée, mais là à 14h (oui nous mangeons tôt, comme les enfants) personne en vue. Le christ allongé recouvert d’un voile en marbre est submergeant de beauté. Les détails de la légèreté de l’étoffe, la broderie au bout, l’inclinaison de la tête, les clous détachés … c’est magnifique.

Nous  arrivons finalement chez le glacier ! Nous dégustons nos cônes assis sur un banc et faisons un point. Il nous reste 2h avant de devoir rentrer à l’hôtel récupérer nos bagages et foncer à la gare. On tente le tout pour le tout, sautons dans un taxi direction le couvent de la Certosa situé à Vomero à 20 minutes. Franchement, qu’est ce qu’on a bien fait de finir par ce lieu sensationnel ! Premier bon point, la vue est la plus belle que vous puissiez avoir sur tout le golf, de la pointe côté Sorrento jusqu’à l’autre côté à Posillipo. Le couvent est une pure merveille et offre beaucoup de choses différentes à admirer. Dans le désordre ? Une chapelle ultra-baroque, ultra-dorée, des pièces avec des fresques somptueuses, une crèche immense et très ancienne (Naples et les crèches c’est une grande histoire d’amour), un très beau cloitre avec une tombe entourée de tête de mort, des salles de peintures avec balcon et point de vue unique … Une visite apothéose.

J’ai écrit ce debrief depuis le train qui me ramène à Florence, heureuse de voir mes enfants au petit déjeuner demain (c’est l’anniversaire de Leone !). Mais je n’ai qu’une hâte, réussir à organiser ce séjour sur la côte Amalfitaine, voyage dont je rêve tant et dont Naples a été les prémices. À bientôt Napoli !

Mon carnet d’adresses : 

  • Caffè Gambrinus, tous les jours 7h-1h, Via Chiaia, 1/2, 80132 Napoli NA
  • O’ Tabaccaro, Borgo Marinari – Neben CiroNapoli, Italia +39 081 764 6352
  • Bar Miranapoli, Via Petrarca, 62, Naples, Italie +39 081 769 0943
  • Zi Teresa, Borgo Marinaro, 1, 80123 Napoli NA
  • Limoné, Piazza San Gaetano 72, 80138 Napoli
  • Pizzeria Capasso, Via Porta San Gennaro 2/3, +39 081 456421
  • Chapelle Sansevero (christ voilé) fermé le mardi Via de Sanctis Francesco, 19/21
  • Couvent de la Certosa situé à Vomero, Largo San Martino, 5 / 0039.081.2294502
  • Envie d’une paire de gants ? Une lectrice m’a recommandé Mauro (Omega Guanti) via stella 12

5
Photo By: Ali di Firenze
2 Discussions on
“Heureux à Naples”

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.