AlidiFirenze

Une Française en filature à Florence

Au nouveau siège de Gucci à Milan pour SS17

Jeudi, j’ai été invitée au tout nouveau siège de Gucci à Milan pour un Re-See, une présentation de la nouvelle collection spring summer 2017 ayant défilé la veille.

Bonheur évident d’être conviée avec le gratin de la presse et des achats international à ce genre d événement, qui plus est dans le tout nouveau head quarter de la marque à Milan. Mais bien au delà de ces considérations égocentriques, j’ai également ressenti un bonheur indescriptible que de pouvoir toucher, scruter sous toutes les coutures des vêtements sortis à peine des ateliers pour le show.

gucci-ss17-ali-di-firenze-28gucci-ss17-ali-di-firenze-15gucci-ss17-ali-di-firenze-7

Alessandro Michele pilote la création de Gucci depuis 2015 et avec un style aussi prononcé, on aime ou on aime pas. Mais difficile de lui enlever le fait qu’il a réussit à secouer dès ses premières collections une maison et un marché tout entier.

Référence 70, inspiration de la renaissance italienne, couleurs fluo à vous en donner le tournis, animaux et imprimés art-déco brodés, sequins par kilo, jabot et volants … Michele ne vous prend pas par la main, il vous gifle visuellement pour vous réveiller et vous forcer à regarder vraiment les collections. Il a également réussi en un temps record à étaler sa vision créative des accessoires au merchandising, dopant de manière insensée les ventes là où beaucoup peine à afficher des bilans positifs. Dois-je vous rappeler le succès du Sac Dionysus ou des loafers à fourrure ? Des hits mondiaux.

gucci-ss17-ali-di-firenze-27gucci-ss17-ali-di-firenze-23gucci-ss17-ali-di-firenze-25gucci-ss17-ali-di-firenze-9

Pouvoir approcher une collection aussi clé sur l économie du secteur, moi ça m’a fait quelque chose. Et même si je ne me suis imaginée que dans certains vêtements (les plus simples: un beau blazer à la tête de tigre discret, une jupe plissée bicolore, un sweat sportswear, une veste en jean à clous) c’est finalement tout le reste qui me fait aimer l’esprit avec lequel les porter et me donne envie d’acheter. Alessandro a créé une véritable Attitude Gucci ultra désirable.

gucci-ss17-ali-di-firenze-24gucci-ss17-ali-di-firenze-2gucci-ss17-ali-di-firenze-8

Bon goût, mauvais goût, le point n’est pas la. Chez Gucci on vient désormais pour rêver, pour se mettre en danger en se surprenant à adhérer à des choses nouvelles (une robe à manches ananas). C’est en même temps un rêve de petite fille que de s’imaginer se glisser dans certaines robes et un rêve de grande personne fondamentalement amoureuse de la mode.
Avec Alessandro, impossible d’être déçue. Pourvu que ça dure.

Baci,

Ali

gucci-ss17-ali-di-firenze-6gucci-ss17-ali-di-firenze-3gucci-ss17-ali-di-firenze-21gucci-ss17-ali-di-firenze-17

English version :

Thursday I was invited at the new headquarters of Gucci in Milan for a Re-See, a detailed  presentation of the new collection spring summer 2017.
I felt an obvious happiness to be invited with a curated selection of international journalists and buyers to this kind of event. But beyond these egocentric considerations, I felt an indescribable joy to be able to touch, examine every angle of clothes that just came out of Gucci Atelier.  Alessandro Michele drives Gucci creation since 2015. Lots of people claims he is an absolut genious, for others his collections are just « too much ». But in any case, it’s difficult to take away the fact that he managed to shake in a very short period a fashion house and … an entire market.
Clear References to the seventies and Italian renaissance, neon colors, embroidered animals and crazy art deco prints, lots of ruffles … Michele does not take you by the hand to enter gently into his world, he visually slaps you in the face to wake you up and make you look really at the collection. He also succeeded at the speed of light to spread his creative vision from accessories to merchandising, increasing madly the group sales. Do I really need to talk about the fluffy loafers or the Dionysus bag?

To be able to approach a collection that have that weight on the global fashion economy made me feel something special. And even if I saw myself only in few pieces (the simplest: a nice blazer with discret embroideries, a printed skirt, a sportswear sweater , a denim jacket with nails) it is finally all the rest, the craziness of the collection, that makes me love the spirit in which wearing the clothes and makes me want to buy.
Good taste, bad taste, the point is not here. Gucci is able to make you dream again, pushing your limits (i surprised myself loving a pineapple-shoulders dress). in front of all these magical dresses, it was the dream of a little girl coming true and also a dream of a woman that just loves fashion.  With Alessandro, impossible to be disappointed.
2
Photo By: Ali di Firenze

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.