AlidiFirenze

Une Française en filature à Florence

NEWS, mon guide de Venise

Joie infinie de pouvoir enfin vous parler de ce projet Secret Défense: mon guide de Venise sort en janvier aux éditions Hikari, oui, MON guide!

A peine rentrée de la maternité au mois de juin, j’ai été contactée par cette maison d’édition française pour une nouvelle collection qu’ils souhaitaient lancer. Il s’agit de guides de voyage à l’attention des amoureux écrits uniquement par des bloggeurs. Une idée vraiment intelligente pour écrire de « chouettes petits bouquins à l’attention des couples » comme n’aura de cesse de me répéter Marie, mon éditrice de génie. Le ton est voulu résolument plus chaleureux que les guides ‘classiques’, avec de la vraie info mais portée par une écriture légère et amusante. Rien de snob, mais une meilleure amie qui vous prend par la main dans sa ville de coeur.

Je vous avoue maintenant que quand j’ai lu l’email de Marie me présentant le projet, et bien j’ai pleuré en me roulant par terre. C’est complètement con, et le grand huit des hormones post-accouchement y était forcement pour quelque chose, mais écrire des mots qui vont être imprimés, c’est fort de chocolat pour un bébé bloggeur comme moi et cela rend très concret le blog. Andrea, ma moitié, me répète qu’on va en faire une multinationale avec des employés jusqu’à Los Angeles (oui, lui aussi a la folie des grandeurs) mais moi j’avance doucement dans ma tête, et les commentaires ou emails qu’on m’envoie chaque jour me remplissent déjà de bonheur.

En attendant, plusieurs choses m’ont convaincu d’accepter ce projet.

Tout d’abord, l’état d’esprit de la maison d’édition. Ils se définissent eux-même comme une startup de l’édition, même si ils ont déjà plusieurs collections à leur actif et produisent des documentaires canons. Ils aiment donner la parole aux habitants, cherchent toujours à rendre le discours authentique en s’éloignant des guides horribles et froids où les adresses sont collectées sans filtre sur internet. Après, la façon de travailler de la boite est inspirante car les éditeurs et même le big boss sont dispatchés partout dans le monde! Marie elle, travaille par exemple depuis le Cambodge et cela n’a jamais été un problème pour échanger, nous nous sommes écrits pratiquement tous les jours.

Ensuite il y a eu la décision de me faire travailler sur Venise, là où Florence aurait semblé plus « logique ». Marie avait lu mes compte-rendu de voyage de janvier dernier dans la lagune et avait accroché au ton. Je rigole encore en repensant à notre première conversation où elle m’avait demandé « Venise tu connais bien non? »; j’avais répondu « mais oui oui oui mais bien sûr ». Car finalement à l’époque je n’étais encore qu’une touriste upgradée avec un regard de travel bloggeur, et pas encore une vraie « insider » de la Sérénissime. Pendant le temps de réflexion qui m’avait été accordé, je m’étais rappelée une phrase de ma copine Salomé, agent artistique qui est toujours de bon conseil. Elle m’avait dit de dire oui à tous les projets intéressants, même quand on ne sait pas faire. Il faut avoir confiance en soi et foncer en improvisant des solutions et en puisant dans ses ressources.

 

Une fois acceptée et bien … il a fallu s’y mettre. Et là, l’angoisse.

Angoisse car on était au milieu de l’été, avec un planning de vacances bouclé jusqu’à la mi août, un bébé de 3 mois dans les bras (adorable mais légèrement prenant!) et aucun moyen d’avancer. Bref, j’ai du ronger mon frein en lisant tout ce que je trouvais sur Venise afin de préparer le terrain.

Quand j’ai pu enfin m’y mettre, c’était compliqué car j’avais l’impression de ne pas du tout « sentir » la ville, elle m’apparaissait comme totalement étrangère. Il aura fallu plusieurs voyages pour que Venise m’ouvre ses bras et accepte de me livrer un petit bout d’elle-même. Puis il fallait choisir parmi les milliards d’activité, restaurants, églises… la panique ! C’est en même temps le moment où mon regard d’aigle royal développé grâce au blog a pu me servir. J’aime ce petit musée ? Très bien on fonce. Je n’aime pas ce restaurant alors que tous les guides en parlent ? Très bien on zappe.

Sans oublier qu’il fallait écrire quelque chose de décent sur une centaine de pages, y mettre un ton et de l’humour. On est bien loin de mes posts à 300 signes que j’écris parfois depuis mon iphone!

J’ai également compris avec cet exercice ce qu’est le métier d’éditeur. Une sorte de psychologue pour auteur qui accompagne en douceur, a un point de vue très précis sur les choses et fait office de guide dans la tempête. Marie a été une perfection sur tout le parcours, très encourageante quand ça n’allait pas, proposant des solutions pour découper l’écriture (et non Alice, on attaque pas un livre en démarrant par l’intro globale!), en corrigeant quand il fallait mais avec la gentillesse et le caressage dans le sens du poil pour ménager ma confiance fragile, en renforçant ce qui était chouette dans le texte.

En repensant au 6 mois de travail, je crois que le moment préféré de ce projet c’est dans le train du retour qui me ramenait à Florence après mes voyages vénitiens. J’avais la tête pleine d’images, de bribes de conversation avec des pêcheurs et des artisans, le feeling d’avoir compris quelque chose de nouveau depuis mon appartement mansardé du Dorsoduro. Je n’avais qu’une seule hâte, me jeter sur ma table de travail pour écrire, écrire, écrire tout ça ! Et c’est vrai que vivre Venise a totalement débloqué l’écriture, m’inspirant notamment toujours les anecdotes des intros.

J’espère que ce guide vous plaira, qu’il vous donnera envie de visiter Venise la merveilleuse et d’y retourner souvent. J’y ai distillé ma bonne humeur, mes petites adresses, mon grain de folie, mon côté fleur bleue; j’ai arpenté pour vous les Sestiere en long en large et en travers pour essayer de vous transmettre le rêve éveillé qu’est cette ville le matin à 8h quand les pas raisonnent dans les Mercerie, à 11h quand être éméchée arrive trop vite avec l’ombra, à 14h quand on sirote un café sur une terrasse d’hôtel de luxe, en fin de journée quand le soleil caresse le fondamenta Zattere, la nuit quand il n’y a pas un chat, et que Venise est là, vous serrant dans ses bras.

Le guide sort en février pour la Saint Valentin, je vous tiens au courant de toutes les étapes d’ici là!

A bientôt dans le Veneto, vous pouvez commander ici votre guide ! 

Ali

 

 

collection_LOVE_A_VENISE_book

4
Photo By: Ali di Firenze
6 Discussions on
“NEWS, mon guide de Venise”

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.