AlidiFirenze

Sur les routes d'Italie avec Ali !

Les îles de la Sicile / Nomadisme raffiné aux îles éoliennes

Depuis que je vis en Sicile, j’ai souvent l’occasion de partir en virée dans les îles. C’est toujours un grand bonheur pour moi de les (re)découvrir au fil des saisons, avec des copains ou encore à bord du voilier de Sebastiano, mon ami skipper. Après Marettimo et Favignana, j’avais très envie de vous embarquer avec moi dans mon petit paradis, les îles éoliennes.

C’est parti, on met les voiles ?

VULCANO

En général, c’est la première escale. Pour se mettre dans le bain, il est tout indiqué de mijoter dans les thermes de boue bouillante et bienfaisante. Au delà de l’odeur qui peut déranger certains, il y a du lyrisme dans les fumeroles de soufre que crachote le volcan. Une poésie minérale dans cette mélisse aux teintes ocre, cendre et bleue.

Le lyrisme des fumeroles de soufre que crachote le volcan

Ensuite, direction les plus belles plages de l’île situées sur le versant Ponant : les piscine de Venere et la Grotta del Cavallo.

Pour achever parfaitement la journée et prendre un verre à la tombée du soleil, deux options : à l’hôtel Le Sabbie Nere, pour ceux qui souhaitent avoir les pieds dans l’eau et la mer Méditerranée au ras des cils. Sinon l’agriturismo Punta Aria pour jouir d’une vue à couper le souffle et déguster de la Malvoisie lové dans les vignes du domaine.

Vous pouvez même rester dormir sur place (50 euros par nuit et par personne) !

SALINA

Les sols volcaniques particulièrement drainants de Salina font d’elle une île à la végétation foisonnante.  Il suffit de flâner le long des sentiers bordés par des bougainvilliers, manguiers et d’hibiscus et de se laisser transporter par les senteurs de figuiers et de bigaradiers pour sentir l’essence de cet éden.

Le chemin qui mène au Mont Fossa delle Felci est très agréable. L’ascension n’est pas compliquée et dure un peu moins de deux heures. On est amplement récompensé à l’arrivée avec une vue époustouflante sur la mer. Pour se délasser après la montée, la bonne idée est d’aller se baigner au bord de la plage Pollara, petite pépite nichée au pied d’une falaise de tuf volcanique.

Pollara, petite pépite nichée au pied d’une falaise de tuf volcanique

Pour le déjeuner, rendez-vous da Alfredo pour dévorer un pane cunzato rempli de câpres, tomates, ricotta et oignons rouges. Gardez cependant un peu de place dans votre estomac pour la granita aux fruits.

Faites ensuite provision de Malvasia chez Fenech, une jolie propriété viticole tenu par Francesco, intransigeant et passionné.

Pour rester dans le thème du vin, direction l’une des plus belles propriétés de l’archipel : le Capo Faro Resort. Avec ses vues à couper le souffle sur la Méditerranée et tout le confort dont on peut rêver, ce paradis sur terre m’a fait littéralement chaviré. Il vous faudra investir (environ 400€ la chambre double en été) mais c’est justifié vu la beauté de cet endroit de rêve et tous les services proposés. On peut à loisir, se prélasser sur les chaises longues devant la mer, s’étendre au frais sous les citronniers,  aller se faire masser, boire du vin de la propriété Tasca d’Almerita, marcher dans les vignes aux alentours, participer à un cours de yoga ou de Pilates.

Cinque Balconi est un autre hôtel dont j’apprécie le style et la simplicité. Situé en centre ville près de l’église ils propose des chambres à des tarifs accessibles (120€ la nuit). J’aime bien le fait qu’il dispose d’une petite épicerie fine et d’un charmant jardin intérieur.

Après cela, il est possible que vous ne vouliez plus décoller mais Panarera, à quelques encablures de là nous tend les bras… Andiamo?

PANAREA

Jardins manucurés ornés de bougainvilliers et symphonie de maisons blanches

Elle surgit soudain, avec ses jardins manucurés ornés de bougainvilliers et ses symphonies de maisons blanches qui tranchent avec l’immensité de la mer et des cieux. A peine débarqués et après avoir craqué pour un sac ou un coussin fabriqué à la main par Pucci Poggi, un shot de poisson cru s’impose au délicieux restaurant Hycesia.

Plus tard dans l’après-midi, on pourra aller se baigner à Cala Junco, un petite merveille. Si vous souhaitez vous éloigner des plages de l’île, très fréquentées l’été, voici deux spots où vous réfugier : Lisca Bianca et Basiluzzo, deux rochers ahurissants de beauté.

Si vous souhaitez faire la fête et envisager l’île en mode oiseau de nuit, c’est au Raya qu’il faut aller. Les hôtels ne manquent pas, mais l’été il convient de réserver à l’avance. Je préfère pour ma part louer l’une des seules maisons qui a les pieds dans l’eau, celle de mon ami Gino ! 

FILICUDI

On aborde l’île par le petit port de Pecorini et l’on est accueilli par les rires des bambini qui jouent, insouciants sur la plage. En second plan, les adultes, très gypstters dans l’âme, alanguis sur des foutas devant la Sirena. L’apéritif est très street food sicilien ! Ici, comme à Alicudi, le Wifi balbutie et l’absence totale de voitures rend les gens très détendus.

Une philosophie de vie résolument bohème

Le meilleur endroit pour se baigner ? Les skippers m’ont glissé à l’oreille que le Rocher « la Canna » a des pouvoirs magiques.  Vous me direz ?

Après une balade qui vous fera passer par les vestiges d’un ancien village préhistorique, on rejoint le Capo Graziano, un autre coin sympa pour nager.

Pour la nuit, mon ami Nino a des tas de propositions comme la Casa del Cappero. Ce touche-à-tout qui a des bateaux en location, dont certains, en bois, trop mignons, est un vrai volcan d’idées. Il a récemment retapé des maisons avec amour (voir le carnet d’adresses) et il cogite sur l’organisation de cours de cuisine, pescatourisme. Un vrai robinson !

ALICUDI

En plus de sa beauté sauvage, la pépite de l’île est le restaurant improvisé de Silvio Taranto, un pêcheur qui ouvre les portes de sa maison et cuisine des poissons frais à tomber. À réserver impérativement pour le déjeuner ou le dîner.

STROMBOLI

C’est l’île que je préfère. Je la trouve envoûtante, magnétique. Pour s’imprégner de son essence, commencez par une baignade sur l’une des plages de sable noir. Cela procure une vraie énergie. Toute proche du port principal, la plage di Scari avec ses galets est magique aussi. Les petites piscines naturelles de Ginostra sont également très belles surtout pour plonger. En s’éloignant de l’île on peut jeter l’ancre à Stombolicchio.

Pour déjeuner dans un jardin ombragé, Pardès  est une adresse que je chéris. C’est un vrai paradis. On y déguste des jus pressés divins avec les fruits directement cueillis aux arbres du jardin et les plats rendent honneur à la tradition des îles avec des produits simples et sains. Le soir, l’atmosphère se fait plus intime avec bougies et musique jazz.

Une glace chez Lapillo et vous voici parés pour l’ascension du volcan. Celle-ci dure environ 3 heures. Si vous voulez faire une excursion pour voir le cratère, c’est une autre affaire et il faut contacter un guide dans le centre spécialisé de l’île.

L’idéal est de partir en fin d’après-midi pour rester dîner à l’Osservatorio. Les tables et les chaises sont en plastique et ce n’est pas très chic mais on s’en fiche car on est au meilleur endroit pour assister au spectacle tonitruant de la Sciara del Fuoco.

Voir le ciel rougi de Stromboli et ne plus vouloir partir…

Pour redescendre vers la ville, un service de navette est mis à disposition par le restaurant. L’autre option plus aventureuse, consiste à marcher de nuit, armés de petites torches … bon courage !

LIPARI

C’est la plus grande île et par conséquent la plus mouvementée ! Tôt le matin, on commence par un petit trekking jusqu’à l’église Quattropani et l’on s’ébahi devant la vue de folie sur toutes les îles.

Sur le chemin du retour, on prend son temps sur la plage Acque calde et l’on déjeune ensuite à la trattoria del Vicolo, dans la cour intérieur fleurie.

E Pulera, le restaurant de la fille du fondateur de l’institution Filippino, est également un bon choix pour manger à l’abri de l’agitation des ruelles dans un cadre très agréable.

Rayon shopping, il y a de tout à Lipari et malheureusement pas mal de chinoiseries… Faites un tour à la Casa Eoliana, vous trouverez surement quelques pépites d’artisanat sicilien pour faire des cadeaux (gros coup de cœur pour les boucles d’oreille ex voto que j’ai offertes à ma sœur).

A l’heure de l’apéro, Il giardino di Lipari est the place to be. On apprécie l’ambiance bohème chic, les chaises longues multicolores et les concerts l’été.

Carnet d’adresses :

Vulcano :

  • Geoterme Vulcano, piazza degli Angeli. Tel. +39 338 83 35514, info@geoterme.it
  • Le Sabbie Nere pour l’apéro: Porto di Ponente, Tel. +39 090 9850
  • Agriturismo Punta Aria: Loc. Punta Bandiera. Tel. +39 (0)2 95742230

Salina :

  • Da Alfredo, Via Marina Garibaldi, Tel. +39 090 984 3075
  • Malvasia Fenech (25€ la bouteille): Via F.lli Mirabito, 41 – Malfa, Tel. +39 090 984 4041, info@fenech.it
  • Tenuta Capofaro, Via Faro, 3, Tel. +39 090 98 44 330/1, info@capofaro.it
  • Hotel I Cinque Balconi, Via Risorgimento, 36. Tel. +39 090 9843508

Panarea :

  • Pucci Poggi, via San Pietro, Panarea, Tel. +39 339 7124541
    www.puccipanarea.it
  • Hycesia, Via San Pietro, Tel.  +39 090 983041, info@hycesia.it
  • Louer la maison de Gino, les pieds dans l’eau (+39 339 777 15 51)

Filicudi :

  • La Sirena, pension – restaurant – bar, Via Pecorini a mare, info@pensionelasirena.it . Tel. +39 090.9889997 – Cell. +39 3405458754
  • Les maisons de Nino: Tel. +39 340 14 84 645

Alicudi :

Réserver pour un déjeuner ou un dîner chez Silvio Taranto (+39 090 98 89 922 ou +39 345 98 54 034). 25€ le repas.

Stromboli :

  • Pardès : via Vittorio Emanuele, Tel. +39 377 150 5194
  • L’Osservatorio: Tel. +39 090 958 6991

Lipari :

  • Il giardino di Lipari, Via Nuova, Tel. +39 339.3299029
  • Casa eolianna: Via Giuseppe Garibaldi, 47. Tel. +39  090 988 0532

Pour louer, un voilier ou en catamaran, avec ou sans skyper, contactez Sebastiano Russo, gicopen@gmail.com, Tel. +39 320 41 05837

2
Photo By: Ali di Firenze

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.