AlidiFirenze

Sur les routes d'Italie avec Ali !

INTERVIEW Angela Caputi, créatrice de bijoux

Angela Caputi est une femme solaire. Elle a cette aura,  ce regard bienveillant, associé à un style qui est tout de suite sympathique (des bagues à tous les doigts et des nike aux pieds). Une rencontre tout en douceur, bien différente d’autres interviews que j’ai fait cette dernière année, confrontée parfois à la rudesse du spécimen toscan. Bienvenue dans l’univers original et joyeux de Giuggiù, surnom d’Angela,  designer florentin de bijoux dont la renommée a dépassé les frontières italiennes.

 

Bonjour Angela, quel plaisir de vous rencontrer en ce dimanche matin !

Ce week-end, nous sommes en Open Day pour présenter nos collections pour Noël, c’est joyeux et la boutique est pleine à craquer depuis hier.

 

Vos bijoux sont extraordinaires de créativité. Que se passe t’il exactement dans votre tête pendant la création ?

Je ne fonctionne pas par période ou par ‘collection’ au sens propre. Pour moi les modèles, couleurs, matériaux évoluent dans le temps en fonction de mes envies. Je n’impose par une fin à un bijou, il est en perpétuelle évolution. Et c’est vrai que je n’ai pas peur, ni des formes (j’ai trouvé des oiseaux, des panthères, un corail géant dans les tiroirs) ni des couleurs.

 

Coté couleur, vous n’avez pas de limite, on en prend plein les yeux en ouvrant les tiroirs !

J’aime les couleurs « oubliées » ou celles qui subissent les clichés. Par exemple le jaune, longtemps associé à la folie ou à la maladie, est devenu une couleur que j’adore pour mes créations. Le bleu marine, souvent compagnon du tailleur bourgeois, de la « noblesse oblige » (en français s’il vous plait !), est une couleur magnifique que je marie au noir pour des contrastes délicats et très chics.

 

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

En tant que styliste, ma nature fait que j’absorbe ce qui m’entoure. Les souvenirs et sensations s’attachent à moi et se reflètent ensuite via mes bijoux. Il y a processus naturel de transformation. Mais si je dois faire une collection sur le thème de la mer, cela ne veut pas forcement dire que suis allée sur la plage, ce serait trop littéral ! Ce sont des petites choses, tous les jours, qui s’emmagasinent et prendront une forme surprenante plus tard.

 

La création exige une certaine maturation.

Oui absolument. Je trouve par exemple que les nouvelles technologies sont d’une certaine manière un frein à la création car l’individu n’absorbe plus en lui les sensations, les souvenirs, mais charge tout directement sur son téléphone. Je trouve que les émotions ressenties sur le moment sont les plus belles car les plus fortes, et beaucoup passent maintenant à côté en associant leurs vacances d’été à une photo sur leur ipad plutôt qu’à une émotion précise !

 

Comment est née la marque ?

Il y a avait un espèce de trou sur le marché. D’un côté la vraie joaillerie et de l’autre, les copies. Pour surmonter une situation personnelle compliquée, j’ai décidé de me lancer avec un brin de folie, en faisant parler mon imagination pour créer une vraie Mode bijoux à des prix toujours accessibles.

 

Vous parlez de mode, c’est intéressant car ce n’est pas toujours associé à l’idée qu’on se fait d’un collier.

Exactement !

J’aime l’idée d’acheter un bracelet comme on achèterait un petit pull, pour le plaisir de personnaliser un style, de se sentir unique.

Je regarde autour de nous dans la boutique et je me dis que la femme Giuggiù ne correspond pas à un profil précis de cliente.

Pour moi chaque femme est unique et va s’approprier le bijou d’une manière particulière. Je ne veux pas privilégier un âge ou un style, et je trouve superbe d’avoir 4 générations de femme qui fouillent dans le même tiroir et qui porteront totalement différemment un ras-de-cou rouge avec un crocodile incrusté.

 

La première fois que j’ai vu vos créations, je me suis dit « oulala ce n’est pas pour moi ça ! » et puis finalement en me prêtant au jeu et en essayant, j’ai repéré pleins de pièces qui me plaisent vraiment.

Les matières qui semblent lourdes au premier coup d’œil, sont finalement tellement légères au porté qu’elles changent totalement le ressenti. Les bijoux deviennent un jeu, ils ne se prennent pas au sérieux comme la femme qui les porte et un crocodile qui semblait être imposant se fond à la silhouette en créant un style, une touche.  Le bijou ne peut s’envisager – et se comprendre- que porté.

 

Vous avez une femme en tête quand vous créez un bijou ? Un modèle ?
Je travaille plutôt sur une forme de visage, un profil, le cou, les yeux … pas une femme en particulier car je ne privilégie pas un style ou un genre.

 

La marque grandie avec 5 boutiques dont 1 à Paris ! Vous devez être fière de cette aventure.

Nous avons 2 boutiques à Florence, 1 à Milan, 1 à Forte dei Marmi et 1 à Paris. Quelle joie après 40 ans d’activité l’année prochaine ! Mon aventure est une belle épopée familiale car je travaille avec ma sœur et ma fille et j’aime l’idée d’un entrepreneuriat féminin courageux et déterminé.

 

La marque est féminine dans tous les sens du terme.

Oui et je crois que ça participe à son succès. Les hommes adorent venir acheter des cadeaux pour leurs femmes car cette féminité leur plait et leur parle.

 

Merci Angela !

A presto Ali

Ali et Angela Caputi Alidifirenze

Adresse :

Firenze

  • Via S. Spirito, 58/R
Tel +39 055 212 972
  • Borgo SS. Apostoli, 44/46
Tel +39 055 292 993

Forte dei Marmi

  • Via S. Stagi, 50/A
Tel +39 0584 80705

Milano

  • Via Madonnina, 11 Tel +39 02 864 610 80

Paris

15 Galerie Véro-Dodat
(tra Rue Croix desPetits 
Champs e Rue Jean-Jacques
Rousseau)
Tel +33 0140390151

8
2 Discussions on
“INTERVIEW Angela Caputi, créatrice de bijoux”

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.