AlidiFirenze

Sur les routes d'Italie avec Ali !

INTERVIEW, Federica Eccel, apôtre des vins de l’Etna

Federica Eccel mène plusieurs vies de front. Elle est tout d’abord directrice de Zash, un hôtel restaurant exquis mêlant vielles pierres et design au cœur des citronniers entre la mer et l’Etna. En parallèle elle est une membre active de la « Strada del Vino de l’Etna », qui promeut l’oenotourisme sur le volcan. Elle s’occupe également des relations presse des « Chef con la coppola », mettant en lumière de jeunes chefs étoilés siciliens comme Giuseppe Raciti. Je l’ai rencontré à l’occasion du Festival Radicepura dont je m’occupe, et nous avons profité d’un moment de calme dans les jardins pour échanger . Présentation en bonne et du forme.

Bonjour Federica, peux-tu nous raconter ton lien avec la Sicile ? 

J’ai grandi à Trento, dans le grand Nord de l’Italie, mais du côté maternel ma famille est sicilienne. J’aime profondément cette terre métissée qui recèle d’incroyables richesses culturelles, naturelles et patrimoniales. Lorsque l’une de mes amies m’a proposée de travailler dans le secteur de l’hôtellerie en Sicile j’ai donc tout de suite accepté car j’avais envie de renouer avec mes origines et m’engager pour le rayonnement de l’île.

Découvrir une facette insolite du volcan avec la Route des vins

Peux-tu me parler de ces différentes casquettes, à la croisée du marketing, du tourisme et de l’oenogastromie?

Il y a ici des talents qui méritent d’être connus et valorisés ainsi que des valeurs très intéressantes comme la créativité, l’authenticité et la générosité. Mon histoire professionnelle est le reflet d’un maillage qui s’est tissé progressivement et très naturellement au fil des rencontres que j’ai réalisées, des différentes connexions qui se sont établies. Mon expérience dans le secteur du tourisme ma amené ainsi à réaliser des missions de conseils auprès de différents hôtels et m’a conduit à prendre part au nouveau projet de valorisation de la Route du Vin de l’Etna afin d’inciter les touristes à découvrir une facette insolite du volcan (inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO), à sa voir ses vignobles.

On parle volontiers d’une renaissance des vins de l’Etna, qu’en penses-tu ?

Je suis tout à fait d’accord. Historiquement les vins produits ici n’étaient pas réputés du tout. Ils étaient expédiés par bateau dans des amphores vers les pays du pourtour méditerranéen. Rappelons que la Méditerranée est le berceau des vins et il ne faut pas oublier que la Sicile, creuset de civilisations par excellence, a vu naitre de nombreux cépages issus de croisement complexes réalisés par les Romains, Catalans, Vénitiens. Aujourd’hui on assiste à une vraie renaissance car des professionnels et des passionnés ont investi rendant ainsi ses lettres de noblesse au volcan. L’Etna est, à mon sens l’une des destinations vinicoles qui décolle et dont on parle le plus ces dernières années. Elle est attractive autant pour des touristes néophytes que pour des œnologues. Chacun peut trouver sa formule.

La Sicile a vu naitre de nombreux cépages issus de croisement complexes réalisés par les Romains, les Catalans et les Vénitiens

Quelles sont justement ces formules et la typologie des producteurs ?

Il a bien sûr les familles siciliennes aristocratiques dont l’activité s’étire depuis de nombreuses générations. Je pense à Tasca d’Almerita et Barone di Villagrande par exemple. Ce sont des modèles inspirants pour les nouveaux qui réinventent cependant les codes comme Palmento Costanzo avec ses fûts design en forme d’œuf. Il y a les autodidactes, les investisseurs étrangers. Récemment l’entrepreneur italien des vins Angelo Gaja surnommé “le Roi du Barbaresco s’est associé à Alberto Graci pour acheter des vignes sur le versant sud de l’Etna, une zone jusqu’à présent peu exploitée. Cela promet et ce genre de nouvelles sont des signaux forts d’une vraie effervescence.

D’où vient selon toi cet attrait pour le Volcan ?

Quelques soient les origines, les caractères et les visions des viticulteurs, je note que tous ont un attachement fort et singulier avec le volcan voire même pour certains une fascination. Tous sont mus par la volonté d’exalter ce territoire magique. Je vous invite à regarder les vignes de Gurrida, d’une poésie incroyable car l’hiver leurs pieds sont complètement submergés. On a l’impression d’être sur un lac enchanté. Une autre réalité intéressante est Planeta, une entreprise qui produit beaucoup de bouteilles mais va au-delà et a opéré en beauté le virage vers une viticulture raisonnée. En sus, elle a créé une offre oenotouristique tirée au cordeau. L’été par exemple la maison organise des représentations de théâtre sur les hauteurs du volcan. La Tenuta di Fessina, quant à elle offre une expérience sophistiquée aux visiteurs en allant au delà de la simple dégustation de vin. Et c’est une femme qui est aux commandes ce que je salue évidemment.

Le Volcan provoque souvent une véritable fascination

As-tu une adresse à nous livrer pour acheter de bons vins ? Quels sont ceux que tu préfères ?

L’Enoteca de la Strada est une bonne adresse pour rapporter des vins de l’Etna. Quant à ceux que je préfère… Le choix est difficile. Je travaille dans un hôtel restaurant dont la cave recèle plus de 300 étiquettes. Je dirai un verre de Girolamo Russo ou des bulles de chez Murgo pour le côté festif et original.

Merci Fede !

Carnet d’adresses:

  • Enoteca Strada del Vino dell’Etna : Via Paternò 30 Ragalna, 95030 / Tel. +39 095 620913
  • Strada del vino dell’Etna : Via Giuseppe Mazzini, 5, 95017 – Piedimonte Etneo / italyinfo@stardadelvinodelletna.it Tel. +39 349 9244672
  • Zash : Strada Provinciale 2/I-II, 70, 95018 Riposto CT / Tel. +39 095 782 8932
0
Photo By: Amelie Panigai

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.