AlidiFirenze

Sur les routes d'Italie avec Ali !

Dans la bottega du cuir de Dimitri Villoresi à Florence

Quand on entre dans la bottega de Dimitri Villoresi, la magie opère sur le pas de la porte. Ce n’est pas tant les sacs en cuir qui font tout de suite impression (ils sont presque «cachés» dans les petites pièces en enfilade) mais la patte que l’artiste a su donner à son atelier dans le quartier de l’Oltrarno à Florence.

Le lieu est façonné à l’image de Dimitri; mystérieux, alternant ombre et lumière avec des mises en scène esthetisées autour des produits, sérieux et organisé quand il s’agit des outils de travail, éclectique et chaleureux avec des meubles chinés pour la plupart, un solo de guitare en fond musical, des bougies, un parfum Aqua Flor Firenze Berbère pour signer l’odeur de l’espace.

 

Dimitri Villoresi cuir florence alidifirenze2

Dimitri vient d’un autre métier, celui de décorateur/agenceur d’espace et s’est lancé il y a 10 ans sous les encouragements de ses proches et des inconnus qui l’arrêtaient dans la rue pour savoir d’ou venait son shopping bag. Il a fait d’un passe-temps un métier, et a gagné au passage une forme de liberté au quelle il ne renoncerait pour rien au monde.

L’approche de Dimitri concernant son nouveau métier s’est mutée en philosophie de vie. Conscient que les années d’aménagement d’intérieur où il gagnait très bien sa vie étaient derrière lui, il s’est aménagé un quotidien où la qualité de vie et les petits ‘à côtés’, ceux qui ne dépendent pas de l’argent ramené à la maison, sont les plus recherchés. On comprend mieux le pourquoi de sa bottega ‘garconnière’ qui lui ressemble tellement, un véritable cocon à sa mesure ou il prend le temps de se dédier à art.

 

Dimitri Villoresi cuir florence alidifirenze

Produire de ses mains, une autre satisfaction.

Concernant ses sacs, la pureté est de rigueur. Il joue avec la géometrie des formes, proposant notamment 2 modèles de cuir ‘troué’ (je perds la tête pour le cabas rouge). Les cuirs viennent de Santa Croce sull’Arno, là où se trouvent les meilleures conceria de toscane (Tempesti et Arnella). Veau très fin, couleurs éclatantes, tannage naturelle, on parle de modèle fait entièrement à la main par Dimitri qui tient à tenir l’aiguille tout au long de la fabrication. C’est d’ailleurs un de ses vrais plaisirs, rencontrer les clients et presque pouvoir ‘les choisir’, développer des produits sur-mesure et créer un objet physique de ses mains. Un autre type de satisfaction qui le rend heureux.

Pour finir, Dimitri ne se contente pas de créer et vendre, il transmet. L’artisanat ne se conçoit pour lui qu’à travers l’héritage d’un savoir, et il propose des formations d’un mois en one to one avec des élèves qui viennent soit par passion soit par ambition professionnelle. 3 fois par semaines, 3 heures pendant 1 mois.

 

Dimitri Villoresi cuir florence alidifirenze3

 

Des projets ? il en a plein! Travailler avec un concept store pointu de Florence, collaborer avec des acheteurs japonais… et s’acheter un van. Il rêve de partir en vadrouille avec son materiel pour proposer de manière itinérante ses sacs. Il attend l’approbation de Veronique, sa compagne française :-).

 

Dimitri Villoresi cuir florence alidifirenze4

Merci à Dimitri pour le temps passé à ses côtés dans la bottega, une adresse Oltrarno qui résume le pourquoi de ce site : faire connaitre des artisans talentueux, humbles (c’est un miracle que Dimitri ait écrit son nom sur la porte…) qui font vivre le made in Italy et propose une approche qualitative du travail et de la vie en general.

 

Prix : tous les projets sont developpés sur mesure. Comptez autour de 150 euros pour une pochette, entre 400 et 600 euros pour un shopping bag en fonction de la taille et du cuir choisi.

Adresse : via ardiglione 22, Firenze (à côté de la piazza del Carmine, dans l’Oltrarno)


12
2 Discussions on
“Dans la bottega du cuir de Dimitri Villoresi à Florence”

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.